visiteurs jour : 34     Total clics   :   18402


Bienvenue sur


Cliquez ici smile coucou et merci Merci

le site de Germaine

 

 
Clics 1176

 

Quelques crits et rflexions sur la peinture , lart et la cration.

(textes pris sur le site de Grard Dubois

 

 

Quelle vanit que la peinture, qui attire ladmiration

par la ressemblance des choses dont on nadmire point les originaux

(Blaise Pascal)

~

Je me demande parfois si loriginalit ne consiste pas dans limpossibilit

de faire comme ceux quon admire.

(Chapelain-Midy)

~

 

Le beau artistique est plus lev que le beau dans la nature.

Car la beaut artistique est la beaut ne et comme deux fois ne de l'esprit Le beau a sa vie dans l'apparence

Lart doit donc se proposer une autre fin que limitation formelle de la nature ;

dans tous les cas, limitation ne peut produire que des chefs-duvre de technique, jamais des uvres dart.

(F Hegel)

 

~

 

La nouveaut dans la peinture ne consiste pas dans un sujet encore non vu,

mais dans la bonne et nouvelle disposition et expression, et ainsi de commun et de vieux,

le sujet devient singulier et neuf .

(Nicolas Poussin)

 

~

 

" Le but de l'art est de figurer le sens cach des choses et non point leur apparence ;

car dans cette vrit profonde est leur vraie ralit qui n'apparat pas dans leur contour extrieur. "

(Aristote)

~

 

 

" Vouloir tre dans le vent, c'est une ambition de feuilles mortes "

(Jean Guitton).

 

( La feuille vivante reste attache sa branche, elle-mme attache au tronc, lui-mme solidement ancr

dans la terre nourricire o ses racines puisent leur substance. La feuille morte, pare d'or et de pourpre,

se crot plus belle, mais elle est morte. La feuille qui virevolte au gr des courants d'air, se crot libre, mais elle est morte.

Elle ira rejoindre les autres feuilles mortes, que ramassera le grand balayeur et qui finiront leur course sur un tas d'ordures, brl au feu. )

 

~

 

" L'art ne rend pas le visible, il rend visible. "

( Paul Klee)

~

 

" Beauts sans fin d'un bulbe qui germe, d'une aile de libellule, de la cassure d'un silex, de la volute d'un coquillage.

Vanits ternelles des vues de l'esprit. Tout est question de regard, savoir tre la fois myope et presbyte.

Voir les choses de prs et les ides de loin. "

(Chapelain- Midy)

 

~

 

 

Le dessin est l'uvre finale ce que, la mlodie, les quelques accords d'introduction, sont  la symphonie.

Ecoutez  la cinquime de Beethoven, ds les premiers accords tout est dit, le reste est dveloppement.

Valry disait : "  le premier vers est un don divin, les autres ne sont que travail. "

 

 

"Ici, tenez, ces cheveux, cette joue, c'est dessin, c'est habile, l, ces yeux, ce nez, c'est peint...

Et dans un bon tableau, comme je le rve, il y a une unit. Le dessin et la couleur ne sont plus distincts,

au fur et mesure que l'on peint, on dessine; plus la couleur s'harmonise, plus le dessin se prcise.

Voil ce que je sais, d'exprience.

Quand la couleur est sa richesse, la forme est sa plnitude.

Le contraste et les rapports des tons, voil le secret du dessin et du model."

 

(PAUL CZANNE)

 

 

 

On dirait une photo ! voil peut-tre la rflexion que jentends le plus souvent venant des spectateurs de ma peinture,

compliment maladroit mais suprme pour eux, devant la prcision de la touche.

Pour le peintre de la ralit que je suis, rappel lordre de Brassa :

  La photographie, cest la conscience mme de la peinture.

Elle lui rappelle sans cesse ce quelle ne doit pas faire.

Que la peinture prenne donc ses responsabilits.

( Extraits de lIntransigeant 15 novembre 1932)

et soutien de Georges Braque :

La peinture est de plus en plus proche de la posie, maintenant que la photographie la libre du besoin de raconter une histoire.

( Extrait dune lettre Guillaume Apollinaire)

Je ne sais si ma peinture est de la posie, mais , nanmoins, je laisse le soin, dans chacune de mes conversations silencieuses,

aux protagonistes que je mets en scne et qui dialoguent entre eux, de raconter une histoire.

~

 

" Les choses existent pour tout le monde de la mme faon.

L'homme de la rue et le peintre les voient semblablement.

Mais le peintre, lui, les regarde d'une certaine faon.

C'est partir de ce moment- l qu'il commence mentir pour dire sa vrit. "

(Chapelain Midy)

~

" Une toile qui se fait, nous avons le sentiment de la reconnatre peu peu,

mais sans jamais savoir l'avance quel sera exactement son vrai visage. "

(Jean Bazaine)

Le peintre face la toile vierge doit considrer celle-ci comme une partie d'checs,

s'il part au hasard, l'chec est prvisible.

L'uvre finale doit tre pr-existante dans sa tte,

s'il n'a pas prvu, calcul tous les coups ( de pinceau) l'avance, l'garement est au bout du chemin.

La composition vient sa rescousse, les lignes, les surfaces, les valeurs, les couleurs ,

doivent tre composes de faon claire et prcise dans l'tude que celui-ci fait dans sa tte.

 

" De la main du peintre ne doit sortir aucune ligne qui n'ait t forme auparavant dans son esprit. "

(Nicolas Poussin)

~

 

Le hic, pour lui, est que la toile dans son esprit est un chef d'uvre, parfait, harmonieux,

et que sa mise en uvre sur la toile, n'abouti pas toujours au rsultat escompt mais n'est parfois qu'une excution !

 

" c'est une exprience partage par tous les artistes que celle de l'cart irrmdiable qui existe entre l'uvre de leurs mains,

quelque russie qu'elle soit, et la perfection fulgurante de la beaut perue dans la ferveur du moment crateur : ce qu'ils russissent exprimer dans ce qu'ils peignent,

ce qu'ils sculptent, ce qu'ils crent, n'est qu'une lueur de la splendeur qui leur a travers l'esprit pendant quelques instants. "

(Lettre du Pape Jean-Paul II aux artistes. 1999.)

 

 

L'autre handicap impos au peintre est que, celui-ci ne doit pas peindre ce qu'il sait mais ce qu'il voit.

Il doit fuir tout ce qui se rapproche d'une image mentale ( un arbre, un chemin, le ciel, etc.)  Tout ce que son ducation,

sa culture lui ont appris reconnatre, dnommer : une maison comporte une porte des fentres un toit et une chemine ( qui fume parfois).

Le peintre n'est pas face un arbre, un champs, un chemin, un nez, un bras, une pomme, mais il est confront des lignes,

des surfaces, des valeurs, des couleurs. Il doit peindre ce qu'il ne connat pas par exemple une verticale), afin de , l'uvre acheve,

reconnatre ce qu'il n'a pas peint (un arbre qui est une verticale).

 

Certains peintres transforment le soleil en un point jaune ; d'autres transforment un point jaune en soleil.

(Pablo Picasso)

 

De cette faon celui-ci sexonre de lobligation de rsultat :

il na plus langoisse - cette angoisse qui paralyse et fait perdre le peu de moyens quil lui reste - de reprsenter, de reproduire un nez, un bras, ou un arbre.

Il lui sera beaucoup plus facile danalyser la forme des deux surfaces qui entourent un nez par exemple,

de les reproduire et  voir apparatre soudain les contours de ce nez.

Il aura ainsi dessin ce quil ne connat pas : la forme des deux surfaces qui entourent le nez pour reconnatre ce quil na pas dessin : un nez.

 

" Quand je mets un vert, a ne veut pas dire de l'herbe, quand je mets un bleu, a ne veut pas dire du ciel. "

(Henri Matisse)

 

 

S'il ne peint que les lments prcisment dnomms de son modle, il restera prisonnier de ceux-ci,

et sera tributaire de ce qui caractrise le sujet ; au dtriment de l'harmonie des lignes, des valeurs, des couleurs entre elles.

Le peintre ne peint pas des caractristiques mais des correspondances.

" Avant de reprsenter un cheval de bataille ou quelque autre anecdote,

un tableau est une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assembles. "

(Maurice Denis)

 

Pour ces raisons, toute toile mme la plus figurative est avant tout abstraite.

 

" Il n'y a pas d'art abstrait. Tout art est abstrait en soi quand il est l'expression essentielle dpouille de toute anecdote. "

(Henri Matisse)

 

 

" Ce qu'on est convenu d'appeler le naturalisme en peinture, c'est ce refus ou cette impossibilit d'un univers permable :

un art sans abstractions, c'est dire priv de contacts profonds avec l'universel, une chair qui n'est plus arme de signes qui la dpassent.

La dcadence d'un art, comme celle de l'homme, c'est toujours ce passage de l'objet prtexte, carrefour de forces, l'objet fin en soi, conomie ferme,

l'objet devenu si bte qu'il dvore ses propres pattes, l'objet catoblpas. "

(Bazaine. Le temps de la peinture.)

~

 

All world in a nutshell

 

(JOYCE)

~

 

" Le dessin n'est pas la forme, il est la manire de voir la forme. "

(Edgar Degas)

~

 

  Le dessin, cest la probit de lart.

(Ingres)

~

 

Peinture :

Art de protger les surfaces plates des intempries et de les exposer la critique.

(Ambrose Bierce)

Extrait de : Le dictionnaire du Diable.

~

 

Le dfaut quont certains peintres : avoir oubli que partir dun modle rel nest pas dshonorant ;

mais peut-tre partent-ils de rien par angoisse de ne pouvoir dpasser le sujet ;

seulement, force de partir de rien on fini par arriver nul part.

 

Contrairement l'intellectuel pour lequel la question souvent plus d'importance que la rponse,

le peintre, lui, accorde son intrt   l'acte de peindre, la rponse c'est  la toile.

Voil le sens des propos de Picasso : "  je ne cherche pas, je trouve ".

A  quoi bon perdre son temps en questions pralables inutiles au sujet de la toile

qui est en train de natre sous nos pinceaux, peignons.

 

  On comprendra un jour que Raphal et Vermeer avaient dj tout dcouvert en peinture.

C'est pourquoi au lieu de persister fastidieusement thoriser, pour tenter de redcouvrir la peinture... Peignons!


[ Avant-propos du catalogue de l'exposition la galerie Bignou, 1945 ]
(Salvador Dali)

Le contraire donc de certains artistes peintres contemporains, les masturbs mentaux de la cration plastique d'aujourd'hui,

perdus dans les mandres de leurs questionnements abscons,  la recherche dune originalit quils pensent tre synonyme de talent.

Seul le talent est original, pas le contraire.

 

C'est ce que je trouve qui me dit ce que je cherche. (P.Soulages)

 

~

 

L'anne 1997 fut pour moi l'anne des remises en questions, mais j'tais enfin seul responsable des rponses.

 

~

 

Depuis quelques dcennies on a oubli que la peinture avait son odeur propre, et non pas celle de l'argent.

~

 

Je dis le contraire d'A. Warhol, moi je prfre mettre  mon talent dans ma peinture et mon gnie bien vivre.

( ce n'est pas le seul point sur lequel je ne suis pas d'accord avec lui)

~

 

Le rapport entre la reconnaissance et la notorit pour un peintre, c'est un peu comme celui qui existe entre les couches picturales et le vernis :

le deuxime n'est pas toujours indispensable aux premires mais il les rehausse bien quand mme, et les enrichi parfois.

 

~

 

Je ne peints bien que ce que je ne connais pas.

" Il faut que la toile efface l'ide "

(Georges Braque)

 

Ce qui m'a toujours sauv, c'est que je n'ai jamais su ce que je voulais.

(Georges Braque Bazaine)

 

~

 

La peinture ne saisira le mystre de la ralit que si le peintre ne sait pas comment s'y prendre .

( Francis Bacon. Extraits des entretiens avec David Sylvester)

 

~

 

" On ne fait pas la peinture que l'on veut, il s'agit de vouloir jusqu'au bout la peinture que l'on peut, celle que peut l'poque.

Et cela ne se fait pas coup d'intelligence ou de connaissances historiques, mais par le plus obscur travail de l'instinct et de la sensibilit.

Une seule rgle demeure, absolue : chaque nouvelle toile, avoir perdu le fil. "

(Bazaine. Le temps  de la peinture.)

 

~

 

" Trop de peintres meurent prmaturment, je veux dire qu'ils deviennent trs vite immobiles, figs dans la manire qu'ils ont adopte et qui  plat.

Lorsqu'on commence se recommencer, c'est souvent qu'on croit s'tre trouv alors qu'on est entrain de se perdre.

La vritable mort pour un artiste, c'est quand le mtier remplace l'invention, quand la main remplace le cur, quand l'uvre n'est plus que le reflet de ce qu'elle a t.

Dans l'exercice de l'art, rien de plus suspect que le rabchage.

Et pourtant il n'est que d'observer un peu le public pour savoir que c'est l le sr moyen de s'en faire reconnatre et de lui plaire.

En somme il n'apprcie les crateurs que quand ils ne sont plus que l'ombre d'eux mmes. "

(Chapelain Midy)

 

Combien de peintres se nourrissent-ils de ce qu'ils ont dj digr d'eux mmes ou des autres peintres?

 

~

 

En 1952, Picasso crivait son ami Giovanni Papini :

Dans lart, les raffins, les riches, les oisifs, les distillateurs de quintessence cherchent le nouveau, ltrange, lextravagant, le scandaleux.

Moi-mme, depuis le cubisme et au-del, jai content ces matres et ces critiques avec toutes les bizarreries changeantes qui me sont passes par la tte,

et moins ils les comprenaient, plus ils les admiraient.

Mais quand je suis seul avec moi-mme, je nai pas le courage de me considrer comme un artiste dans le sens grand et antique du mot.

Ce furent de grands peintres que Giotto, Le Titien, Rembrandt et Goya : je suis seulement un amuseur public qui a compris son temps

et puis le mieux quil a pu limbcillit, la vanit, la cupidit de ses contemporains.

Cest une amre confession que la mienne, plus douloureuse quelle ne peut sembler.

Mais elle a le mrite dtre sincre .

 

~

 

 

Oscar Wilde a dit : "  rvler l'art et cacher l'artiste, tel est le but de l'art. "

Aujourd'hui on fait exactement le contraire !

(Chapelain Midy)

 

~

 

" Plus on enlve dans une toile, plus on ajoute d'invisible . Mais c'est enlever qui est difficile. "

Chapelain Midy

 

Il rejoint en cela Bazaine qui en 1941 crit :

 

"  la vie d'un peintre, c'est rebours qu'elle se droule : le peintre nat vieux, encombr de bquilles, il lui faudra, une une, les briser. "

 

~

 

"  le plus dur, disait Villon, ce sont les cinquante premires annes. "

Et Paul Surtel de rajouter :

  aprs a va tout seul !

 

~

 

 

 

  

 


 

 

|accueil|

 


WDW__p/HC.htmWFW


 

Total des visiteurs  :    1925303   dont aujourd'hui :   34    En ligne actuellement :  2      Total des clics   18402