visiteurs jour : 33     Total clics   :   18337


Bienvenue sur


Cliquez ici smile coucou et merci Merci

le site de Germaine

 

 
Clics 40

 

Nom :

Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa

Naissance :

28 janvier 1955
Paris XVIIe, France

Nationalit :

Franaise

Profession :

Homme politique franais

Formation :

Avocat

Famille :

Ccilia Sarkozy, son pouse
Guillaume Sarkozy, son frre

 

 

 

 

 

NICOLAS SARKOZY

sa vie son oeuvre

et son avenir

                                                                                                                                                                  

 

 

 

 

Nicolas, Paul, Stphane Sarkozy de Nagy Bocsa, de son nom usuel Nicolas Sarkozy n le 28 janvier 1955 dans le XVIIe arrondissement de Paris, est un homme politique franais. Il est prsident de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), ministre d'tat, ministre de l'Intrieur et de l'Amnagement du territoire, prsident du Conseil gnral des Hauts-de-Seine, conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine, dont il a t le maire de 1983 2002.

Membre honoraire du Rotary Club de Neuilly et du Sicle, il est prsident de l'tablissement public pour l'amnagement de la rgion de la Dfense (EPAD) depuis le 1er avril 2005.

 

Biographie

 

Origine et enfance
Il est le fils d'un immigr Hongrois, Pl Srkzy de Nagybocsa (en hongrois nagybocsai Srkzy Pl[1] n Budapest, en 1928, dans une famille de l'aristocratie hongroise, possdant des terres et un chteau Alattyn, 100 km de la capitale. l'arrive de l'Arme rouge en 1944, la famille est contrainte l'exil. Aprs de nombreuses pripties travers l'Autriche et l'Allemagne, Pl Srkzy rencontre un recruteur de la Lgion trangre Baden-Baden. Il signe pour cinq ans et fait ses classes en Algrie Sidi-Bel-Abbs. Il est cependant dclar inapte au dpart en Indochine, puis dmobilis Marseille en 1948. Son nom est alors francis en Paul Sarkozy de Nagy Bocsa.

Devenu publicitaire, il rencontre en 1949 Andre Mallah, qu'il pouse. Cette dernire, fille d'un mdecin du XVIIe arrondissement de Paris, juif sfarade de Salonique, est alors tudiante en droit.

 

Nicolas Sarkozy nat en 1955 ; il est catholique baptis. Il a deux frres : Guillaume, n en 1952, futur patron dans le textile (un temps vice-prsident du MEDEF) et Franois, n en 1957, qui devient pdiatre puis chercheur en biologie.

Lorsque Paul Sarkozy quitte le domicile conjugal en 1959, sa femme reprend ses tudes pour lever ses enfants. Elle devient avocate au barreau de Nanterre ; elle plaide dans l'affaire Villarceaux.

 Paul Sarkozy se marie encore trois fois. De son deuxime mariage, il a deux autres enfants : Caroline et Olivier.

 

Nicolas Sarkozy passe son enfance dans le XVIIe arrondissement de Paris puis Neuilly-sur-Seine. Il redouble sa sixime au lyce public Chaptal. Ce passage du priv au public ne dure qu'une anne scolaire ; il est ensuite lve au lyce priv Saint-Louis de Monceau. Il obtient le baccalaurat B en 1973, et la famille s'installe Neuilly.


Carrire d'avocat


Nicolas Sarkozy passe le certificat d'aptitude la profession d'avocat (CAPA) en 1981. Il est l'un des deux associs du cabinet d'avocat parisien Arnaud Claude et Nicolas Sarkozy spcialis dans le droit immobilier et comprenant onze avocats. Cependant, l'exercice de l'activit d'avocat tant incompatible avec toute autre activit, il n'exerce pas cette profession pendant ses priodes d'activit gouvernementale, il ne plaide donc pas souvent mais touche une part des profits de ce cabinet d'avocat (241 000 euros en 2002). Pour Patrick Devedjian[ Nicolas Sarkozy et lui sont tous les deux avocats et tous les deux, fils d'un migr de l'Est qui n'aura jamais acquis la nationalit franaise.


Formation politique 


Il adhre l'Union des dmocrates pour la Rpublique (UDR) en 1974 et milite pour l'lection de Jacques Chaban-Delmas, puis est dlgu dpartemental des jeunes de Hauts-de-Seine en 1975.

 En 1976, il adhre au Rassemblement pour la Rpublique (RPR) nouvellement cr, sous le parrainage de Charles Pasqua propos duquel il dclare en 1983 tout le monde sait que je suis son double . Il devient responsable de la section de Neuilly en 1976, secrtaire de la circonscription Neuilly-Puteaux en 1977, lu conseiller municipal de Neuilly en 1977, 37e de liste sur 37 lus.

Aprs des tudes l'universit Paris X ( un lve srieux d'aprs Matre El Assaad, professeur de Droit des affaires), il sort diplm en droit public et en sciences politiques : il obtient une matrise de droit priv en 1978.

En 1978, il est appel sous les drapeaux, avant d'entrer l'Institut d'tudes politiques de Paris, sans toutefois parvenir en tre diplm. Il soutient en 1981 un mmoire de DEA sur le rfrendum du 21 avril 1969.

 

Il est prsident du comit de soutien des jeunes la candidature de Jacques Chirac en 1980. En 1981, aprs avoir longtemps hsit devenir journaliste, il se rsout au dernier moment passer le certificat d'aptitude la profession d'avocat (CAPA), suivant ainsi les traces de sa mre. Dans la foule, il est embauch par l'avocat Guy Danet.

 

 Le 23 septembre 1982, il pouse Marie-Dominique Culioli, fille d'un pharmacien corse de Vico (village d'un millier d'habitants au nord d'Ajaccio) dont il a deux fils, Pierre (n en 1985) et Jean (n en 1987). Son tmoin de mariage est Charles Pasqua.

 

En 1983, il devient maire de Neuilly-sur-Seine 28 ans, succdant Achille Peretti, dcd, mais aussi en prenant de court le prtendant en titre,

 

Charles Pasqua, alors hospitalis pour une opration de hernie. Il est charg de mission en 1987 pour la lutte contre les risques chimiques et radiologiques au sein du ministre de l'Intrieur. De fait, il est le conseiller en communication du gouvernement l'poque de l'accident de la centrale nuclaire de Tchernobyl. Il devient dput 34 ans et ministre du Budget 38.

 

En 1984, il rencontre Ccilia Ciganer-Albeniz lorsqu'en qualit de maire de Neuilly, il la marie l'animateur de tlvision Jacques Martin, qu'elle quitte pour lui en 1989.

 Aprs un divorce assez difficile, ils se marient en octobre 1996. Il a pour tmoins Martin Bouygues et Bernard Arnault. Ils ont un fils, Louis, n en 1997. En 1993, lors de l'affaire de la maternelle de Neuilly, il ngocie directement avec le preneur d'otage ( Donnez-moi le petit noir ), qui, alors que Charles Pasqua est ministre de l'Intrieur, rclame de ngocier avec le pouvoir. On le voit la tlvision sortir de l'cole en portant un enfant.


Le soutien douard Balladur
Lors de la large victoire de la droite aux lections lgislatives franaises de 1993, il est lu dput de Neuilly puis nomm ministre du Budget dans le gouvernement d'douard Balladur. Il y fait son apprentissage des rouages gouvernementaux. Son image mdiatique commence se faonner et il fait figure d'un des plus dynamiques ministres de l'quipe gouvernementale.

 En 1995, il soutient douard Balladur pour la campagne prsidentielle mais c'est finalement Jacques Chirac qui est lu. Cet chec lui vaut la perte de confiance de la part du parti ainsi que de l'entourage du nouveau prsident ; il n'obtient aucun poste ministriel dans le nouveau Gouvernement d'Alain Jupp.

 Au cours d'un bref passage une runion nationale du RPR, le 15 octobre 1995, il est siffl.

 

Alain Jupp, qui stigmatise l'hritage du gouvernement Balladur, reproche Nicolas Sarkozy sa gestion budgtaire, notamment travers le discours de politique gnrale du nouveau Premier ministre. Le budget 1995 est particulirement remis en cause en raison de plusieurs mesures qualifies d'lectoralistes par de nombreux analystes et journalistes. Plus gnralement, on reproche Nicolas Sarkozy et douard Balladur de ne pas avoir rduit suffisamment la dette de l'tat et de ne pas avoir engag la lourde rforme de l'assurance maladie.

 

En 1999, il devient brivement prsident du RPR et conduit la liste RPR-DL de son parti uni avec Dmocratie Librale aux lections europennes de 1999, marques par le dsistement de Philippe Sguin et une lourde dfaite : sa liste arrive en troisime position avec seulement 12,8 % des suffrages (contre 25,58 % pour l'union RPR-UDF, arrive en premire place, conduite par Dominique Baudis en 1994 et 16,4 % pour l'UMP en 2004), derrire celle de Charles Pasqua (13,1%). Il abandonne alors toute responsabilit au sein du parti et se retire de la politique nationale. Pendant cette priode, il publie un livre, Libre.


XIIe lgislature


La XIIe lgislature est une ascension pour Nicolas Sarkozy, tant politique (gouvernementale et de parti) que mdiatique et populaire. Il devient le numro 2 du gouvernement, prenant souvent le pas mdiatiquement sur le Premier ministre, devenant le rival du Prsident, Jacques Chirac. Un temps consensuel au dbut de son action, mme pour une partie de la gauche traumatise par le 21 avril 2002, il devient la cible privilgie de celle-ci : il s'agit de battre Sarko en 2007

Cette critique devient virulente aprs les pisodes de la crise des banlieues ou des lois sur l'immigration ; il devient l'adversaire pour le Parti Socialiste, tandis que des personnalits du monde du spectacle le prennent partie (Lilian Thuram, Matthieu Kassovitz[4] [5] [6], etc.).

Des personnalits politiques de gauche lui reprochent de vouloir s'attirer l'lectorat du Front national. Ainsi, Jack Lang affirme que Nicolas Sarkozy est un rpublicain, la diffrence de Le Pen mais parle de drive paraxnophobe . De la mme faon, Act-Up ou les Guignols de l'info prsentent mdiatiquement le ministre de l'Intrieur et Jean-Marie Le Pen sur un pied d'galit.

 Lors d'un trajet Aurillac, Nicolas Sarkozy rpond devant des journalistes Je ne vise pas l'lectorat du FN, je l'ai dj. De toute faon, les journalistes se sont toujours tromps dans leur analyse politique.

Ainsi, en janvier 2006, l'association Act Up publie des affiches comportant la photographie de Nicolas Sarkozy et le slogan Votez Le Pen . Les affiches sont rapidement retires sous la pression d'un cabinet d'avocats agissant au nom du photographe dtenteur des droits sur la photographie, et dont le travail avait t utilis sans autorisation.

Stphane Dass, prsident de l'association Gay Lib (proche de l'UMP), estime quant lui que Act Up [...] dessert la cause des gays en abusant de la provoc gratuite . Cette campagne a galement t juge inacceptable par le ministre Christian Estrosi. Nicolas Sarkozy rpond pour sa part que cette affiche est directement inspire des mthodes du Front national. Cela porte un nom : l'amalgame.


Ministre de l'intrieur (2002-2004)


En 2002, il participe activement la rlection de Jacques Chirac. Celui-ci lui prfre Jean-Pierre Raffarin comme Premier ministre mais le nomme ministre de l'Intrieur, numro deux du gouvernement. Il impose un style muscl et fait de la scurit sa priorit, dclarant vouloir s'affirmer par l'action. On lui attribue, conjointement avec Gilles de Robien, une part dans la chute du nombre d'accidents de la route du fait d'une politique rpressive, particulirement sur les excs de vitesse. Il achve les ngociations et soutient la mise en place du Conseil franais du culte musulman (CFCM) initie en 1999 par Jean-Pierre Chevnement et intervient sur les dossiers de l'ducation et des retraites.

 

Nicolas Sarkozy est l'un des principaux architectes de la Loi pour la scurit intrieure promulgu en mars 2003. Cette loi est d'ailleurs souvent appele Loi Sarkozy .

Sa politique en Corse est marque par deux faits majeurs :

Yvan Colonna, homme recherch dans le cadre de l'enqute sur l'assassinat du prfet Claude rignac, est finalement arrt aprs une cavale de quatre ans, l'avant-veille d'un rfrendum local en Corse.
La proposition de rorganisation administrative pour laquelle Nicolas Sarkozy s'tait fortement engag, est en revanche rejete, suite ce rfrendum local du 6 juillet 2003.

Ministre de l'conomie, des Finances et de l'Industrie (2004)
Il est nomm ministre d'tat, ministre de l'conomie, des Finances et de l'Industrie, dans le troisime gouvernement de Jean-Pierre Raffarin en 2004. Il axe dans un premier temps sa politique sur la rduction du dficit de l'tat mais doit cder la demande du prsident ; il annonce cependant le respect en 2005 par la France du pacte de stabilit, ce qui sera confirm. (dficit de 2,9 % du PIB)

 

Nicolas Sarkozy ayant ouvertement dclar son intention de prsenter sa candidature l'lection prsidentielle de 2007 et ayant laiss entendre qu'il briguerait la prsidence de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) suite au dpart d'Alain Jupp, Jacques Chirac dans son entretien tlvis du 14 juillet 2004, le met en demeure de choisir entre ce dernier poste et le ministre.

  une question ce propos, le Prsident franais lance un Je dcide, il excute qui est mal peru par les proches de Nicolas Sarkozy. Quelques mois avant le premier congrs de l'UMP, le mot d'ordre des cadres du parti tait tout sauf Sarkozy (TSS). Lors de la convention des 28 et 29 novembre 2004, il est lu prsident de l'UMP par les militants avec 85,1 % des voix. Le lendemain, il prsente sa dmission Jacques Chirac et Jean-Pierre Raffarin ; il est remplac par Herv Gaymard.


Ministre de l'intrieur (depuis 2005)
 
Rencontre avec des membres des forces de police en compagnie de Jean-Pierre Raffarin, le 13 mai 2002 - Copyright David Mendiboure - Service photo de MatignonAprs le rsultat ngatif du rfrendum portant sur le Trait constitutionnel europen (29 mai 2005), le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin dmissionne (31 mai 2005).

Si Nicolas Sarkozy n'est pas nomm Premier ministre, il obtient nanmoins le poste de ministre d'tat, ministre de l'Intrieur et de l'Amnagement du territoire, au second rang de prsance. Il explique entre autres vouloir reprendre en main la DST et viter les coups tordus monts contre lui et en voquant des officines qui, depuis six mois, ont pris [sa] famille pour cible . Il cumule ainsi un poste ministriel rgalien avec la prsidence de l'UMP, alors que ce cumul avait t jug impossible par le chef de l'tat lors de son interview du 14 juillet 2004. Il conserve en mme temps la prsidence du conseil gnral des Hauts-de-Seine.

 

Au cours de l'une de ses interventions propos de l'affaire Nelly Crmel, qui concerne l'assassinat d'une femme par deux repris de justice tout juste librs, il demande ce que le juge de remise des peines responsable de leur sortie de prison soit puni, ce qui vaut un rappel l'ordre de la part de Dominique de Villepin et les reproches du Syndicat de la magistrature, invoquant la sparation des pouvoirs et l'indpendance de la justice.

 

Suite plusieurs incendies dans des immeubles insalubres ayant caus la mort de nombreuses personnes dont des enfants, Nicolas Sarkozy demande ce que les immeubles insalubres ou dangereux, souvent vous la destruction, soient vacus ; ce contre quoi des associations de dfense des sans-papiers , dont l'association Droit au logement, ont protest, y voyant un prtexte l'expulsion sans relogement de nombreux locataires ou squatteurs. Ainsi, en aot 2006, le plus important squatt de France, Cachan, est vacu par la police.

Le 26 juillet 2006, la Tribu Ka est dissoute par dcret prsidentiel sur proposition de Nicolas Sarkozy. Le MRAP lui reproche de ne pas avoir galement dissous la Ligue de dfense juive, milice prive sioniste qui s'affrontait avec la Tribu Ka.

Dans son livre La Rpublique les religions, l'esprance il parle de la reconnaissance des nouveaux mouvements spirituels , expression commune de nombreux groupes . La reprsentante en France de la scientologie affirme avoir bnfici d'une certaine clmence depuis l'arrive du ministre de l'intrieur. Nicolas Sarkozy, aprs avoir rencontr Tom Cruise le 30 aot 2005, un membre du mouvement, a expliqu ne pas avoir d'opinion arrte sur la scientologie. Mais dans son livre, la page 136, Nicolas Sarkozy parle de la scientologie comme d'une secte : "Si on voulait essayer de trouver une dfinition de la religion par rapport aux sectes, je pense que lun des critres les plus pertinents serait celui de la prennit historique, car on doit convenir que lauthenticit du message spirituel est en quelque sorte lgitime par sa prennit au travers des gnrations Les tmoins de Jhovah, ce nest pas tout fait de la mme nature en termes de prennit sculaire, les raliens encore moins, la scientologie pas davantage."


meutes de 2005 dans les banlieues franaises

Les relations entre le ministre et une partie des jeunes des quartiers se tendent, du fait de la politique de Nicolas Sarkozy. la suite de la mort d'un enfant tu par une balle perdue lors dun rglement de compte dans une cit de la Courneuve (juin 2005), il emploie l'expression nettoyer au Krcher la cit des 4 000 . L'expression est aussitt interprte par les mdia comme une attaque contre la population y vivant.

Au mois de septembre 2005, l'intervention du ministre d'tat, ministre de l'Intrieur et de l'Amnagement du territoire devant les prfets suscite de vives critiques, comme dans Le Monde diplomatique

En octobre 2005, suite la mort dans un transformateur EDF de deux adolescents qui fuyaient la police et leur accusation tort par Nicolas Sarkozy, des meutes clatent en banlieue de Paris, qui se rpandent en province. Nicolas Sarkozy prne et applique une tolrance zro, et annonce que les sans-papiers ayant particip aux meutes, seront expulss du territoire. Une partie de la gauche demande la dmission du ministre tandis que les mdias jugent svrement son action. Toutefois un sondage annonce une majorit d'opinions favorables (68 % d'aprs la socit de sondage IFOP). Au terme des meutes, 597 personnes ont t incarcres sur les 2 734 personnes places en garde--vue, mais seul un Malien a t expuls, tandis que 6 autres personnes attendent encore qu'un jugement soit rendu.

l'occasion de ces meutes, Julien Dray, un habitu des questions de scurit au Parti socialiste, dclare propos de Nicolas Sarkozy que son bilan sur la scurit est mitig . Julien Dray nuance et critique ses rsultats sur la baisse de la dlinquance, rappelant que, s'il existe une baisse gnrale des crimes et dlits entre 2002 et 2005, ceux-ci ont augment dans les quartiers dits sensibles .

Selon Nicolas Sarkozy, les meutes sont le fait de bandes organises , de vritables mafias . Toutes ces informations seront par la suite relativises par un rapport public des Renseignements Gnraux qui parle plutt de rvolte populaire des cits


Loi relative l'immigration et l'intgration
 
Cette loi initie par Nicolas Sarkozy en 2006 propose une volution significative du droit de l'immigration en France. Elle se prsente comme l'instrument de la mise en uvre d'une immigration choisie au lieu d'une immigration subie . Elle se concentre sur deux points :

Durcissement des conditions de rgularisation des sans-papiers et du regroupement familial. Ces mesures sont qualifies de rgression scuritaire par exemple par la Ligue des droits de l'Homme ou le RESF, qui lutte depuis 2004 contre l'expulsion de France d'enfants mineurs scolariss ayant des parents sans-papiers , et qui qualifie Nicolas Sarkozy de Ministre de la chasse aux enfants . Ce dernier tente de dsamorcer les critiques dbut juin 2006 en donnant des directives pour que des familles de ce type soient rgularises ; d'aprs le RESF, 98 % des personnes vises ne sont pas concernes par ces nouvelles directivesrf. ncessaire.

Fiinalement, l't 2006, Nicolas Sarkozy annonce 6 000 rgularisations, soit un cinquime des demandes. Parmi les ractions politiques, d'un ct Jack Lang dplore qu'il ne s'agisse pas d'une rgularisation massive, comme dans d'autres pays europens, tandis que d'un autre ct Philippe de Villiers exprime son refus des rgularisations, et son souhait d'expulser tous les sans-papiers. Le ministre, en coutant les uns et les autres, veut se prsenter en homme du compromis.


Politique d'accueil de diplms trangers.

 Cette proposition voit l'opposition de plusieurs dirigeants africains, dont le prsident sngalais Abdoulaye Wade qui estime qu'il s'agit d'un pillage des lites . Nicolas Sarkozy se rend au Sngal, au Mali, o il est chahut par des manifestants : tandis qu'il tente d'expliquer sa loi, il est, dans ces pays africains, galement accus de racismerf. ncessaire. Au Sngal, Nicolas Sarkozy signe un accord avec Abdoulaye Wade sur une politique d'immigration concerte.

 

Habilitations l'aroport de Roissy


Aprs les dclarations de Philippe de Villiers dans le livre "les mosques de Roissy" sur le pril islamiste qui pserait sur l'aroport Charles de Gaulle, Nicolas Sarkozy a indiqu qu'il y aurait 122 individus "plus ou moins" suspects travaillant Roissy sur 83 000 habilitations dlivres et qu'ils feraient l'objet de procdures d'abrogation d'habilitation

Le 21 octobre 2006, il a justifi l'abrogation de 43 habilitations au motif que ces personnes auraient des "pratiques radicales" et qu'il prfrait avoir "des contentieux devant un tribunal qu'un drame" 4 bagagistes dont l'habilitation a t retire ont dj fait un recours devant le Tribunal administratif de Bobigny, le retrait de cette habilitation justifie par le prfet par le "comportement" de ces bagagistes leur paraissant discriminatoire car fond sur leur pratique de la religion musulmane ou leurs ides politiques.

 La CFDT a port plainte auprs du procureur de la Rpublique de Bobigny pour discrimination. CFTC d'Air France a annonc avoir dpos un pravis de grve pour le lundi 23 octobre, dnonant un "durcissement" dans l'attribution des badges aroportuaires. Le MRAP dnonce les "ravages de la stigmatisation" et dcide de poursuivre le prfet pour discrimination en raison des origines ethniques . L'administration de son cot souligne l'existence de cas inquitants, comme celui d'un bagagiste franais qui aurait pass trois ans au Ymen o il aurait sjourn dans un camp d'entranement militaire tenu par des islamistes.


Bilan


Le 8 juin 2006, lors d'une confrence de presse, Nicolas Sarkozy prsente un bilan de son action au ministre de l'Intrieur depuis son arrive en 2002. Dans ce bilan, il prsente des chiffres issus d'tudes de l'Observatoire de la dlinquance ralises depuis 1998. Ces chiffres lui permettent de comparer la priode o il est (mais aussi partiellement Dominique de Villepin) ministre de l'Intrieur, aux annes de lgislature socialiste (1998-2002). Tous les chiffres sur l'inscurit prsents sont en hausse durant la lgislature socialiste, puis en baisse entre 2002 et 2005, l'exception des violences aux personnes : +42 % (1998-2002), +12 % (2002-2005). Le taux d'lucidation prsente une nette amlioration en passant de 26,3 % en 2002 31,8 % selon l'INSEE.

En raction ce bilan, qui n'intgre pas le nombre de voitures brles et les dgradations volontaires commises lors des meutes de fin 2005, le Parti Socialiste invoque la forte augmentation des violences faites aux personnes durant le ministre de Nicolas Sarkozy, et tablit des liens entre cette augmentation et le discours et les dcisions, qu'il avait critiques, du ministre (voir plus haut). Il affirme aussi que la notation des fonctionnaires de police dpendant dsormais du nombre d'infractions constates, cela introduit un biais la baisse des statistiques collectes dont l'exactitude devient contestable, et souligne cet gard que la comptabilisation des violences aux personnes, en hausse, est prcisment obligatoire.

 

En matire de violence routire, la politique de contrle et de rpression qu'il a mis en place permis de rduire le nombre de tus de 7242 en 2002 5318 en 2005, soit une baisse de 27 % en l'espace de seulement 3 ans.

 

Il a par ailleurs reu en 2003 le prix du centre Simon Wiesenthal pour son action contre le racisme et l'antismitisme[19].


Divers

 

Europe
Les mauvais rsultats de Nicolas Sarkozy comme tte de liste RPR-DL aux lections europennes de 1999 ont constitu un revers politique majeur, ce qui n'a pas empch Nicolas Sarkozy de s'investir dans ce domaine par la suite, mme si de nombreux commentaires ont soulign sa "prudence" en matire europenne, notamment lors du rfrendum sur le projet de trait tablissant une Constitution pour l'Europe.

 

Alexis Dalem, chercheur l'Institut d'tudes politiques de Paris, rsume son bilan en tant que ministre des finances et de l'intrieur ainsi : instrumentalisation des questions europennes au profit de laffichage mdiatique, faiblesse de lengagement europen, accord avec la vision britannique dune Europe rduite un grand march vou au libralisme conomique .

 

Aprs l'chec en France du rfrendum sur le projet de trait tablissant une Constitution pour l'Europe, il propose qu'un directoire form des six plus grands pays prennent la direction des affaires europennes. Je souhaite enfin sur un plan qui n'est pas institutionnel, mais davantage politique que  nous fassions en sorte que les 6 principaux pays qui reprsentent 75 % de la population de l'Union, jouent un vritable rle de moteur de l'Union Europenne .


Crise du Contrat premire embauche

 
En janvier 2006, Dominique de Villepin annonce la mise en place d'un Contrat premire embauche destin rduire le chmage des jeunes, qui s'appuye sur les rflexions dveloppes par des proches de Nicolas Sarkozy sur la rforme des contrats de travail. Dans un premier temps, l'UMP diffuse donc des communiqus dans lesquels elle signale que les propositions prsentes par Dominique de Villepin ont t labores la suite de plusieurs entretiens avec Nicolas Sarkozy , et que ce contrat est issu dune proposition de la Convention thmatique de lUMP.

 

Cependant, durant la monte des protestations aprs les vacances scolaires et universitaires de fvrier, Nicolas Sarkozy prend ses distances avec ce projet.

Au printemps, il se retrouve ainsi dans une situation dlicate. En tant que membre du gouvernement Villepin, il ne peut critiquer ouvertement le projet mais en tant que candidat annonc la prsidentielle de 2007, il ne peut pas se permettre de couler avec le premier ministre pour un projet sur lequel il est dsormais en dsaccord avec lui au regard de l'ampleur de la crise souleve; il exprime ce dsaccord par le biais de ses fidles, puis le sous-entend dans un discours ressenti comme le premier de sa campagne prsidentielle. Aprs l'allocution de Jacques Chirac du 31 mars annonant l'amnagement du CPE, Dominique de Villepin est cart du dossier et le prsident confie la conception de la nouvelle loi aux parlementaires de l'UMP et donc indirectement leur chef, Nicolas Sarkozy.

Le 10 avril, Jacques Chirac annonce le remplacement du CPE par des mesures plus cibles sur les jeunes non diplms et dsavoue ainsi son Premier ministre. Mme si les Franais indiquent clairement travers diffrents sondages que Nicolas Sarkozy ne voit sa popularit que peu affecte par la crise (contrairement aux deux ttes de l'excutif), la gauche cherche lier le trio Chirac-Villepin-Sarkozy et l'intress vite tout triomphalisme et joue la solidarit avec le Premier ministre en saluant l' attitude respectable de Dominique de Villepin. Selon le Monde, ses relations avec le prsident ressortent bien meilleures de cette crise.


Affaire Clearstream


Le nom de Nicolas Sarkozy apparait indirectement sur les listings truqus de la socit Clearstream. Par le biais de son avocat Thierry Herzog, il se porte partie civile dans cette affaire le 31 janvier 2006, relanant ainsi une affaire alors assoupie, relance l'origine d'une importante crise politique en avril-mai 2006. Selon le corbeau, le ministre de l'Intrieur aurait dispos de deux comptes dans une banque milanaise, la Banca popolare di Sondrio, dguiss sous des noms tirs de son identit complte, rappelant ses origines hongroises : Nicolas Paul Stphane Sarkzy de Nagy-Bocsa. Par-l, le corbeau sous-entendait que les personnes cites par le courrier, y compris Sarkozy, auraient touch des pots-de-vins dans l'affaire des frgates de Tawan.

Nicolas Sarkozy exige des explications auprs de Dominique de Villepin, alors ministre de l'Intrieur, et du patron de la DST. La Banca popolare di Sondrio reoit une commission rogatoire par l'intermdiaire du tribunal de Milan le 5 novembre 2004 et envoie une rponse ngative le 16 novembre 2004, affirmant que Clearstream ne dtient pas de comptes personnels. Malgr cette clrit de la banque, ces rsultats innocentant Nicolas Sarkozy n'ont t communiqus au juge Renaud Van Ruymbeke qu' la fin de 2005. Le journaliste Stphane Denis affirme dans une interview au Point du jeudi 11 mai qu'il avait transmis en septembre 2004 et avril 2005 un message oral du gnral Rondot Nicolas Sarkozy sur l'enqute Clearstream. Nicolas Sarkozy a t entendu le 11 mai 2006 en tant que tmoin assist par le juge Jean-Marie d'Huy charg de l'enqute.

 

Imad Lahoud, l'auteur prsum des falsifications des listings, a affirm dbut novembre 2006 (aprs l'avoir prcdemment ni) qu'il avait rencontr Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'conomie, deux fois en 2004 pour voquer ce dossier, ce que Sarkozy dment. Il affirme en effet n'avoir appris toute l'histoire que par voie de presse. L'affirmation de Lahoud concorde avec la thse du journaliste Eric Decouty , qui affirme que cela prouve que Nicolas Sarkozy aurait t mis au courant de la manipulation dont il tait lune des cibles plus tt quil ne le prtend (2005) et qu'il a essay de tirer profit politiquement de cette situation en laissant faire.

 

Anecdotes


Le mercredi 12 juillet 2006, Nicolas Sarkozy inaugure son personnage de cire au muse Grvin.
Nicolas Sarkozy a reu le Prix Iznogoud 1999 suite son chec aux lections europennes.
Privacy International a dcern Nicolas Sarkozy le prix Orwell 2005 pour l' Ensemble de son uvre .

 

Carrire


Depuis 1977, conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine ;
1983 - 2002, maire de Neuilly-sur-Seine (60 364 habitants) ; (depuis 2002 : adjoint hors rang ) ;
1983 - 1988, conseiller rgional d'le-de-France ;
1986 - 1988, vice-prsident du conseil gnral des Hauts-de-Seine, charg de l'enseignement de la culture ;
Depuis 2004, conseiller gnral du canton de Neuilly-sur-Seine Nord, prsident du conseil gnral des Hauts-de-Seine.

 

Carrire politique
 
1978-1979, dlgu national des jeunes du RPR.
1979-1981, prsident du Comit national des jeunes en soutien Jacques Chirac pour l'lection prsidentielle de 1981.
1988, secrtaire national du RPR, charg de la Jeunesse et de la Formation.
1989, secrtaire national du RPR, charg de l'Animation, de la Jeunesse et de la Formation.
Co-directeur de la liste d'union pour les lections europennes.
1992-1993, secrtaire gnral-adjoint du RPR, charg des Fdrations.
Depuis 1993, membre du bureau politique.
1995-1997 porte-parole du RPR.
1998-1999, secrtaire gnral du RPR.
1999, prsident du RPR par intrim.
1999, tte de la liste RPR-DL pour les lections europennes de juin
mai 2000, lu prsident du Comit dpartemental du RPR des Hauts-de-Seine.
novembre 2004, lu prsident de l'UMP avec 85,1 % des voix.

 

Carrire parlementaire


Dput des Hauts-de-Seine (6e circonscription des Hauts-de-Seine) :


dates de ses mandats :


lu en 1988 (mandat jusqu'en mars 1993),
rlu en mars 1993 (remplac par son supplant en avril 1993, aprs sa nomination comme ministre du budget),
lu en septembre 1995 (aprs la dmission de son supplant, mandat jusqu'en mai 1997),
rlu en mai 1997 (mandat jusqu'en juin 2002)
rlu en juin 2002 (remplac par sa supplante Jolle Ceccaldi-Raynaud, en juillet 2002, aprs sa nomination comme ministre de l'Intrieur),
lu le 13 mars 2005 (aprs la dmission de sa supplante, mandat venant en principe chance en juin 2007) ; lors de cette lection partielle, il est rlu au premier tour, avec 70,01 % des suffrages exprims, et 41,38 % de participation ;


membre des commissions parlementaires :


de juin 1988 avril 1991 : membre de la commission des lois constitutionnelles, de la lgislation et de l'administration gnrale de la Rpublique ;
d'avril 1991 avril 1993 : membre de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales ;
d'octobre 1995 juin 2002, membre de la commission des finances, de l'conomie gnrale et du Plan.


Dput franais au Parlement europen :


dates de son mandat :
lu le 13 juin 1999, sur le quota rserv la liste Union pour l'Europe, dont il tait tte de liste. En raison de la loi sur le cumul des mandats (il tait ce moment-l maire de Neuilly, dput des Hauts-de-Seine et dput europen), il choisit, dans le dlai imparti, de dmissionner de son mandat de dput europen, ce qui a entran la nomination automatique en remplacement du premier candidat non lu de la liste, son bras droit Brice Hortefeux, prsident du Comit dpartemental RPR des Hauts-de-Seine ;
membre des commissions parlementaires :

 

Carrire ministrielle
 
Nicolas Sarkozy Dauphine - 21 avril 2005Ministre :
Mars 1993 - janvier 1995, ministre du budget, porte-parole du gouvernement, puis charg, titre provisoire, d'exercer les fonctions du ministre de la communication (Gouvernement douard Balladur) ;
Janvier 1995 - mai 1995, ministre du budget, charg d'exercer les fonctions du ministre de la communication (Gouvernement douard Balladur) ;
Mai 2002 - mars 2004, ministre de l'intrieur, de la scurit intrieure et des liberts locales dans le Gouvernement Jean-Pierre Raffarin  ;
Ministre d'tat :
31 mars 2004 - 29 novembre 2004, ministre d'tat, ministre de l'conomie, des Finances et de l'Industrie dans le Gouvernement Jean-Pierre Raffarin (.
partir du 31 mai 2005, ministre d'tat, ministre de lIntrieur et de lAmnagement du territoire, dans le gouvernement Dominique de Villepin.

 
Prsidentielle de 2007


Nicolas Sarkozy est candidat dclar l'lection prsidentielle de 2007. Sa dclaration a t faite dans une interview la presse rgionale ralise le 29 novembre 2006.

Les mots d'ordre de sa campagne sont la restauration de la confiance dans la politique, la rupture tranquille et l'ordre en mouvement (s'opposant par l au slogan de l' ordre juste de sa concurrente Sgolne Royal, qu'il juge immobiliste).


Positionnement politique


Il s'est exprim sur ses propositions lors de l'mission tlvise A vous de juger sur France 2 le 30 novembre 2006 (Voir l'mission sur le site de France 2).


Education


Il est oppos la carte scolaire, car il estime qu'elle ne remplit plus son objectif de mixit sociale. Il propose la place d'accorder de l'autonomie aux tablissements, et de laisser les parents choisir librement leur tablissement tout en obligeant ceux-ci rserver un certain nombre de places aux lves de milieux dfavoriss.

Il souhaite accorder aux lves handicaps un droit opposable d'tre scolaris dans un tablissement ordinaire.


conomie et fiscalit


Plutt que de s'opposer aux stock options, il souhaite en faire un outil d'intressement salarial en tendant leur applications tous les salaris.

Il souhaite la suppression des droits de succession pour les petits et moyens patrimoines.

Prnant le droit de travailler plus pour gagner plus , il souhaite l'exonration des charges sur les heures supplmentaires, la libert de donner des heures supplmentaires, d'accepter ou non ces heures supplmentaires pour le salaris .


Immigration


Nicolas Sarkozy est favorable au vote des trangers en situation rgulire aux lections municipales, la condition toutefois que leur pays d'origine accorde ce mme droit aux expatris franais qui y sont installs (principe de rciprocit tel qu'il est appliqu dans d'autres pays europens).

Il s'engage maintenir le regroupement familial, sous condition toutefois de ressource : un tranger souhaitant faire venir sa famille en France devra alors justifier qu'il peut la loger et l'entretenir dans des conditions "dcentes".

Il affirme son opposition aux rgularisations massives, les accusant de provoquer des appels d'air et d'encourager l'immigration illgale et le trafic d'tres humains.


Politique trangre et Europe


Il est fermement oppos l'entre de la Turquie dans l'Europe : la Turquie est en Asie mineure, pas en Europe, sa place n'est pas dans l'Union europenne. L'Europe, c'est fait pour les tats europens .


Scurit intrieure


Sur le sujet de la dlinquance il dclare : Je rformerai l'ordonnance de 1945, et je demanderai que pour un mineur rcidiviste entre 16 et 18 ans, l'excuse de minorit soit automatiquement supprime, il doit tre condamn comme s'il tait un majeur. . Il souhaite l'instauration de peine plancher pour les dlinquants multircidivistes et la cration d'tablissements spcialiss pour les dtenus ayant des problmes psychiatriques .


Nicolas Sarkozy et les mdias


Par contraste avec la priode qui a suivi les dconvenues de 1995 ainsi que son chec aux lections europennes de 1999, Nicolas Sarkozy est l'objet d'une importante mdiatisation depuis 2002. Il est par exemple le seul avoir t invit trois fois l'mission Cent minutes pour convaincre ; il y a ralis le plus gros score d'audience pour une mission politique en 2003, avec 7,73 millions de tlspectateurs

.

Des dputs socialistes demandent sa dmission pour avoir mis en pril la mission de la police, aprs qu'il ait voqu, lors de son passage sur l'mission Pices conviction (France 3) le lundi 26 septembre 2005, des arrestations en cours : la minute o je vous parle, des arrestations ont lieu , ce qui tait effectivement le cas le jour de la diffusion, alors que l'mission avait t enregistre le mercredi aprs-midi prcdent. Selon le cabinet du ministre, ce dernier voquait des arrestations qui avaient eu effectivement lieu un peu avant l'enregistrement.

 

Il fait de son pouse un de ses principaux conseillers ses ministres, puis son chef de cabinet en tant que prsident de l'UMP. Il met ainsi en scne son couple et s'affiche en famille dans les mdias.

 En mai 2005, des problmes conjugaux sont longuement mdiatiss, en particulier dans Le Matin, que Nicolas Sarkozy attaque en justice devant le tribunal de grande instance de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) le 22 juin pour intrusion et atteinte dans la vie prive . Finalement le 26 aot 2005, Paris-Match prsente Ccilia avec Richard Attias en Une.

Ccilia Sarkozy est remplace par Anne Fulda, une journaliste du quotidien Le Figaro, avant que Patrick Balkany, un ami du couple, n'annonce sa reformation dans le Parisien du 11 janvier 2006.

 Suite aux diverses affaires concernant sa vie prive, il dclare dbut 2006 regretter avoir prsent sa famille mdiatiquement et souhaiter qu'elle ne le soit plus. En dpit de cela, une photo du couple Nicolas et Ccilia Sarkozy est prsente la une de l'hebdomadaire VSD du 15 juin 2006.

Selon le Canard enchan, Nicolas Sarkozy est intervenu pour empcher la publication d'un livre de Valrie Domain sur Ccilia Sarkozy chez First Editions en octobre 2005. Ceci dclenche en France un dbat sur la mdiatisation de la vie prive des hommes politiques. Cette biographie de Ccilia Sarkozy par Valrie Domain a t publie, sous forme de fiction, le 8 fvrier 2006 sous le titre Entre cur et raison aux ditions Fayard. Le syndicat de journalistes SAJ-UNSA l'accuse par ailleurs d'tre intervenu pour que soit frappe d'"interdiction professionnelle" (suppression de l'accrdition permettant un journaliste de recevoir des informations directement de l'administration) Raphalle Picard, de lAFP, auteur dun reportage sur les personnes perquisitionnes par erreur, lors de la descente massive de police aux Mureaux, 5h30 du matin le 4 octobre 2006, descente ayant provoqu une enqute sur son droulement et ses consquences.

 

Nicolas Sarkozy est un ami proche de Martin Bouygues et tienne Mougeotte (TF1), son cercle amical comprennant galement Michel Denisot (Canal+) et Marc-Olivier Fogiel, ainsi que Jean-Marie Bigard (avec qui il passe le rveillon 2005-2006) et Jean Reno (dont il est le tmoin de mariage).

Selon l'mission Arrt sur images, les journaux tlviss, durant les meutes de 2005, prsentent intentionnellement Nicolas Sarkozy en conflit avec la population des cits. Selon Franoise Laborde, prsentatrice du journal de France 2 et invite de l'mission, l'explication de ce traitement mdiatique est, d'une part la tentation d'aller au sensationnel, d'autre part un parti-pris des journalistes contre Nicolas Sarkozy.


Internet


Un mail soutenant la campagne prsidentielle de Nicolas Sarkozy pour 2007 est envoy plusieurs dizaines de milliers d'internautes. Certains assimilent cette pratique du spam. Plusieurs plaintes pnales ont t enregistres et une enqute est en cours auprs de la CNIL.

De nombreux termes sont galement achets pour que leur recherche donne en rsultat des publicits en faveur de la politique de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy a t alors la cible d'une bombe Google sur le mot-cl Iznogoud, le vizir qui veut devenir calife la place du calife dans la bande dessine ponyme. En janvier 2006, Nicolas Sarkozy arrive en tte sur Iznogoud prsident et le mot cl Sarkozy donne lien sur le mme personnage en troisime position. Il n'a pas t dtermin s'il s'agissait d'une attaque purement politique ou d'une rplique de l'envoi de courriel massif par l'UMP.

Selon l'tude PolitiBuzz parue le 1er mars 2006 Nicolas Sarkozy est le sujet de 42 % des contributions parlant des hommes politiques dans la Blogosphre. En juin 2006, seulement 20 % des contributions restent attaches Nicolas Sarkozy dsormais devanc par Sgolne Royal (29 %) et Dominique Strauss-Kahn (23 %), tous deux candidats alors l'investiture du parti socialiste qui approche.

Nicolas Sarkozy a pris parti pour la loi sur les Droit d'auteur et droits voisins dans la socit de l'information.


Livre


l't 2006, Nicolas Sarkozy a publi un nouveau livre intitul Tmoignage. Ses ventes sont stimules par un effort important ralis par les librairies, ainsi que par de la publicit sur internet (liens commerciaux Google). Aprs quelques semaines, le livre a t rapidement en tte des meilleures ventes de l't.

 

 

Citations


Ceux qui n'aiment pas la France, qu'ils la quittent.

Les voyous vont disparatre, je mettrai les effectifs qu'il faut mais on nettoiera la Cit des 4000. On va envoyer des quipes spcialises et ventuellement, s'il le faut, des CRS. rf. ncessaire

"Vous voulez quon vous dbarrasse de ces racailles ? Eh bien on va vous en dbarrasser"  "Je veux nettoyer au Karcher au propre comme au figur la cit des 4000."Et quand je dis qu'il faut les nettoyer au Karcher, cela veut dire qu'il faut les nettoyer en profondeur"

Le travail libre l'individu. Le travail est une valeur de libration.

On ne fait pas nimporte quoi avec lhomme, qui nest pas une marchandise comme les autres

On dit que les jeunes n'ont pas de conscience politique. Mais la jeunesse tudiante de 68 qui clbrait Mao et Castro, tyrans du monde, en avait-elle davantage ?

Qui aurait pu imaginer il y a seulement dix annes que le mtro de New York deviendrait l'un des plus srs au monde? Les critiques du systme amricain dnoncent la surpopulation carcrale. Je n'ai jamais compris la pertinence de cet argument car, aprs tout, il vaut mieux voir les dlinquants en prison que dans la rue ! rf. ncessaire

Que disait-on il y a deux ans quand je suis arriv au ministre de l'Intrieur ? "Il va jouer au superflic. Les banlieues vont s'embraser." Rsultat : il n'y a pas eu de rvolte et la criminalit a baiss sensiblement.

Est-il raisonnable d'ouvrir des ngociations avec la Turquie puisqu'il s'agit d'une grande nation d'Asie mineure, pas d'Europe ? rf. ncessaire (2005)

...pas seulement quand je me rase. (France 2, 20 novembre 2003, rponse de Sarkozy alors qu'on lui demandait s'il pensait l'lection prsidentielle de 2007 en se rasant)

 

 _____________________________________________

 


 

 



 

Total des visiteurs  :    1925302   dont aujourd'hui :   33    En ligne actuellement :  1      Total des clics   18337