visiteurs jour : 8     Total clics   :   43650


Bienvenue sur


Cliquez ici smile coucou et merci Merci

le site de Germaine

 

 
Clics 710

 

 
 
 

Galile

(1564-02-15 - 1642-01-09)

Principales dcouvertes :

- Fondateur de la physique moderne

Physicien et astronome

Sa Biographie

Galileo Galilei nat Pise en 1564. Son pre, thoricien de la musique, souhaite ardemment qu'il devienne mdecin, profession bien rmunre. Ainsi, dix-sept ans, le jeune Galile dbute des tudes de mdecine, qu'il abandonne aussitt : Ostillo Ricci, son professeur de dessin, parvient le passionner pour les mathmatiques, terme sous lequel on regroupait alors plusieurs de nos disciplines actuelles, notamment l'astronomie et la physique.

 

Excessivement dou, ses biographes racontent qu'en 1583, donc dix-neuf ans, Galile aurait dcouvert l'isochronisme des pendules simplement en observant les oscillations du lustre d'une cathdrale. Il aurait en outre compris tout l'intrt de cette loi pour la mesure du temps.

En 1587, il rencontre le clbre professeur du Collge Romain, le plus prestigieux tablissement d'enseignement de l'poque, le pre jsuite Christopher Clavius. Nomm Archimde du XVI sicle , ce dernier se trouve au fate de sa gloire : cinq ans auparavant, il avait en effet rform le calendrier Julien en crant le calendrier Grgorien, toujours en usage. Galile qui convoite un poste de mathmatiques Bologne impressionne favorablement le Pre mais sa tentative choue. Cependant, en 1589, il obtient du grand-duc de Toscane la chaire de mathmatiques de Pise. Deux ans aprs, Galile dcouvre que ses moluments sont insuffisants : le dcs de son pre lui laisse en effet la charge de sa mre et de deux surs trs exigeantes.


Galile instruisant Vincenzo Viviani - Cette peinture que nous devons Tito Lessi reprsente Galile instruisant Vincenzo Viviani. Profitant de l'occasion, nous pouvons imaginer quel serait la rponse de Galile si nous lui demandions s'il n'enfreint pas les prceptes de Rome en tudiant l'univers : "Certamente non il mio amico, certainement pas mon ami. Attendu que Dieu aurait cr le Ciel et la Terre mais qu'Il ne dit pas avoir engendr l'Univers, action qu'Il rserva au Christ, l'Univers peut donc faire l'objet d'expriences puisque le Crateur nous a dot de sens et d'intelligence. Ceux qui acquirent ce savoir s'attirent l'amiti de Dieu".

En 1592, il devient professeur de mathmatiques Padoue et arrondit sa paye en fabriquant des instruments de navigation, des compas et des sextants. Il y fait la connaissance d'une femme de petite condition, Marina Gamba, qu'il refusera d'pouser mais qui lui donnera en six ans trois enfants, le premier en 1600.

Ds 1597 au moins, Galile s'intresse la chute des corps. D'aprs la lgende, il aurait discrdit Aristote en laissant tomber du haut de la Tour de Pise des objets de tailles diffrentes, prouvant ainsi qu'ils tombaient tous la mme vitesse, alors que le philosophe grec affirmait le contraire. Parfois, on ajoute que Galile aurait runi pour cette occasion l'ensemble des professeurs de l'universit. S'il est vrai que Galile a ralis des expriences la Tour de Pise, il est impensable qu'elles aient pu avoir une telle solennit. Dans une universit si hirarchis, on voit mal pourquoi ses collgues auraient accept une invitation manant d'un des professeurs les moins bien pays pour assister une exprience sans intrt : il y avait longtemps qu'on savait qu'Aristote s'tait tromp !

En 1602, Galile reprend ses travaux sur la chute des corps l'aide d'un plan inclin. Aprs de brillantes expriences, c'est lui qui revient l'honneur d'avoir formul la loi mathmatique dcrivant cette chute.

La vie de Galile connat un tournant en 1609 lorsqu'il apprend l'existence de la lunette, objet invent par un hollandais qui servait davantage de jouet que d'instrument d'observation. Galile en fabrique immdiatement une copie afin de la commercialiser. Son intelligence et le professionnalisme de son ouvrier lui permettent de perfectionner rapidement l'instrument : en peu de temps, il disposera d'une lunette grossissant 30 fois. Il a aussi l'ide de les tourner vers le ciel. Il y dcouvrira que la Voie lacte se compose en fait de nombreuses toiles invisibles l'il nu, que la Lune prsente des irrgularits et, surtout, il voit quatre petits corps tournant autour de Jupiter, comme la Lune autour de la Terre, reproduisant un systme solaire en miniature : il les appelle plantes mdicennes pour faire allgeance son nouveau protecteur, le grand-duc de Toscane, Cme II de Mdicis, dans le Siderius Nuncius (Messager Cleste, 1610). Au comble de l'allgresse, le grand-duc nomme Galile son philosophe et mathmaticien personnel. Peu aprs, le savant dcouvre les taches solaires, prouvant par l que Soleil, comme la Terre, prsente des imperfections. Vritables bombes dans le jardin de l'aristotlisme, ces affirmations successives gnent l'glise catholique qui en avait fait du philosophe grec son savant officiel. En outre, Galile qui se dclare dsormais ouvertement copernicien s'engage vivement dans des querelles scientifiques et se mle imprudemment des questions religieuses. Irrit, le cardinal Robert Bellarmin (en fait, saint Robert Bellarmin car il sera canonis au XX sicle), interdit Galile en 1616 de prcher le copernicanisme et, par la mme occasion, condamne explicitement l'hliocentrisme et le mouvement de la Terre. Il s'agit d'une menace srieuse : le cardinal Bellarmin n'est pas seulement le Cardinal Inquisiteur, mais aussi l'un des plus grands responsables du procs qui avait conduit le malheureux philosophe, Giordano Bruno, tre brl vif en 1600. Le procs verbal de la rencontre entre Galile et le cardinal porte cette mention docere quovis modo . En d'autres termes, Bellarmin, au nom de l'glise, interdit Galile d'enseigner (le copernicanisme) par quelques moyen que ce soit . Pour bien des historiens, cette mention est un faux ajout au procs verbal (par le cardinal Bellarmin, ou par quelqu'un d'autre) dans le but de confondre Galile plus tard.

La situation dans l'glise change cependant en 1623 : un ami de Galile devient pape sous le nom d'Urbain VIII. Le souverain pontife, sans lever l'interdiction qui frappe Galile, l'autorise officieusement voquer l'hliocentrisme. Mais deux conditions : d'abord, il doit parler du mouvement de la Terre comme simple hypothse, ensuite, il doit donner la parole aussi aux dfenseurs du gocentrisme.

C'est alors que parat le Dialogue entre les deux plus grands systmes du monde (1632), o Galile introduit trois personnages : Salviati qui reprsente sa propre personne, Simplicius qui dfend les conceptions antiques sur l'immobilit de la Terre et Sagredo qui est cens tre neutre. En fait, Simplicius, ridiculis du dbut la fin de l'ouvrage, subit le feu crois des deux autres personnages. Galile, pour dfendre le double mouvement de la Terre, expose dans ce livre une physique base sur le principe d'inertie, qu'il ne parvient toutefois pas noncer correctement. En fait, l'nonc de ce principe viendra un peu plus tard, sous la plume de Descartes.

Galile commet deux grandes maladresses : d'abord, il prsente une preuve du mouvement de la Terre, ce qui est contraire aux accords avec le pape. Ce dernier veut qu'on y voque ce mouvement uniquement sous la forme d'hypothse, ce qui exclue donc le recours aux preuves . Plus dramatique encore : la preuve de Galile, base sur les mares, est fausse. La deuxime maladresse de Galile est de mettre dans la bouche de Simplicius un argument que le pape aimait utiliser. Les adversaires du savant ont beau jeu d'exploiter ce point pour dire que Galile est un perfide qui assimile le pape un personnage ridicule. Le pontife, en furie, souhaite alors le procs de Galile.


Le procs de Galile

Il ne faut cependant pas rduire ce procs une msentente entre deux hommes. Il s'explique aussi par la situation politique l'intrieur de l'glise et la Guerre de Trente Ans qui ravage l'Europe Centrale : le pape est en effet violemment attaqu pour son immobilisme. Il est accus d'tre du parti de la France , nation engage dans la guerre aux cts des Protestants, bien que la France ft une nation catholique. Avec ce procs, le souverain pontife entend utiliser une question qui peut faire l'unanimit des chrtiens, catholiques et rforms.

En 1633, Galile comparat devant Tribunal de l'Inquisition, o la mention docere quovis modo est au centre des accusations, alors que saint Bellarmin est dj dcd. Galile a peur. A l'exception du courageux Giordano Bruno qui avait brav ce mme tribunal, combien n'auraient pas trembl sa place ? Il est en effet vieux, dprim, abandonn de tous ses amis et souffre de la vue au point de devenir bientt aveugle. Voici pourquoi Galile accepte d'abjurer. D'aprs une lgende tenace, il aurait alors prononc propos du mouvement de la Terre : Eppur si muove ( Et pourtant elle tourne ). On imagine mal une telle audace : elle lui aurait cot la vie !

Galile est donc assign rsidence Arcetri (prs de Florence) aux cts de sa fille qu'il avait force prendre le voile et qui portait le nom de sur Marie Cleste. Mais celle-ci dcde un peu plus tard. En prison, il crit son uvre majeure Discours concernant deux sciences nouvelles qui parat en Hollande (1638).

Mme la mort de Galile en 1642 n'efface pas la rancune : les autorits ecclsiastiques interdisent ses amis d'riger le moindre monument funraire. Celui-ci verra le jour un sicle environ aprs sa mort, avec une pitaphe dment contrle par l'glise. En 1744, Benot XIV autorise la publication des Dialogues en apposant toutefois suppos devant mouvement de la Terre et en avertissant qu'il doit tre considr comme simple hypothse. Mais le pontife ne revient pas sur le dcret interdisant l'hliocentrisme qui ne sera annul qu'en 1822. En 1992, le pape Jean-Paul II rhabilite Galile, rduisant son procs une tragique et rciproque incomprhension entre lui et saint Bellarmin. Ce faisant, ce n'est pas Galile qu'il rhabilite, c'est saint Bellarmin !

Bibliographie

Les livres sur Galile sont trs nombreux, citons seulement quelques-uns en franais :

Biographies situant Galile dans son contexte historique :

  • KOESTLER Arthur, Les Somnambules, Calmann-Lvy, 1960.
  • SIMAAN Arkan et FONTAINE Jolle, L'Image du Monde des Babyloniens Newton, Paris, Adapt, 1999.

Livres d'approfondissement

  • CLAVELIN Maurice, La philosophie naturelle de Galile, Albin Michel, Paris, 1996.
  • KOYR Alexandre, tudes galilennes, Hermann, Paris, 1980.


Contexte : biographie de Galile, biographie Galile


WDW__p/HC.htmWFW


 

Total des visiteurs  :    1941271   dont aujourd'hui :   8    En ligne actuellement :  1      Total des clics   43650