visiteurs jour : 43     Total clics   :   18651


Bienvenue sur


Cliquez ici smile coucou et merci Merci

le site de Germaine

 

 
Clics 907

IMPRESSIONNISME,  MODERNITE et TRADITION

 

 

La peinture impressionniste reste l'poque la plus fascinante de l'histoire de l'art moderne et la plus aime du public. Des sries d'expositions succs, une littrature abondante et des ventes records attestent de l'extraordinaire rsonance des oeuvres des peintres impressionnistes, dont nombre sont graves dans notre conscience artistique.

A leur poque, les oeuvres impressionnistes apparurent d'une modernit tellement scandaleuse, qu'il fallut plus de trente ans leurs contemporains pour, sinon les aimer, au moins les admettre.

 

  

Au bord de la mer
Auguste RENOIR, 1883
Metropolitan Museum of Art, NY 
 

  
 

L'impressionnisme, pour rvolutionnaire qu'il ait t alors, nous semble pourtant aujourd'hui, avec le recul du temps, bien davantage entretenir des liens troits avec la tradition, et constituer l'aboutissement esthtique d'une cration artistique lie la reprsentation raliste.

Ce lien, longtemps considr comme la chose la plus normale du monde, auquel l'impressionnisme avait donn une nouvelle dfinition base sur l'"impression", perdra par la suite son caractre contraignant avec l'volution des arts plastiques au XXime sicle.

Le succs durable de l'Impressionnisme ne tient-t-il pas d'abord ce que nous sommes sensibles sa modernit et son traditionalisme ?

Bien sr, l'impressionnisme ne saurait se rduire ce seul aspect, il est aussi un parti-pris de peindre la ralit rjouissante, celle des loisirs, de la beaut de la nature, une qute sans fin de lumire...Bref, un certain art de vivre qui rejoint bien des aspirations de notre socit.
 

 

 LES PREDECESSEURS

Entre 1820 et 1850, la peinture franaise connaissait de prestigieux mouvements artistiques, avec d'abord la rvolution romantique (Gricault, Delacroix), puis la rvolution raliste (Courbet, Millet) et naturaliste des peintres de l'Ecole de Barbizon (Daubigny, Rousseau, Troyon, Corot).

Sous l'influence des paysagistes britanniques Bonington, Constable, Turner, le paysage allait devenir un genre part entire dans la peinture franaise, dont Corot sera le reprsentant le plus illustre.

Courbet, Corot et Delacroix, reprsentent alors l'avant-garde de la peinture franaise, et vont constituer les modles dont tous les impressionnistes vont s'inspirer leurs dbuts.

Biographie  Joseph Mallord William TURNER

 

 L'EPOQUE : LE SECOND EMPIRE et L'ART ACADEMIQUE

Les futurs impressionnistes vont grandir dans une France dirige par le rgime autoritaire de Napolon III, dont la politique culturelle entirement axe sur la grandeur de l'Empire leur sera hostile.

  L'avnement du Second Empire (1852-70) devait marquer une rupture dans l'histoire artistique du XIXme sicle en France, entre d'un ct un art officiel, et de l'autre un art indpendant.
 
 
La politique culturelle de l'Empire encense un art acadmique affadi (le style "pompier") reprsent par Meissonnier, Cabanel et Bouguereau, combls d'honneurs par le rgime et la tte de l'Acadmie des Beaux-Arts, et dnigre un art raliste, souvent misreux, que vont illustrer Courbet, Millet, Daubigny, Rousseau..

Cette rupture se manifestera sur de multiples plans :

- politique : la plupart des peintres ralistes ou naturalistes sont rpublicains et opposants au Coup d'Etat de Napolon III.

- esthtique : ils dtestent les "grandes machines" historiques ou mythologiques des peintres acadmiques, et souhaitent exprimer les beauts simples de la nature, la vie de leurs contemporains les plus humbles.

- sociologique : les nouveaux venus sont issus de milieux populaires et ne sont plus lis l'aristocratie au pouvoir

- gographique : ils sont en qute de sites prservs de la rvolution industrielle (Barbizon, Normandie)

  
 
 
Le calvaire de la Cte de Grce,
Honfleur
Camille COROT, 1829-30
Metropolitan Museum of Art, NY
 
 
 
Cette politique n'empchera pas la tardive renomme de Corot (1796-1875) de crotre jusqu' le faire connatre du grand public de son vivant. Corot, qui termine son oeuvre quand les impressionnistes arrivent en scne, est dj un peintre moderne et fait figure de prcurseur des impressionnistes.

Il excelle dans les paysages peints sur le motif, et ses portraits ne leur cdent en rien tant ils dgagent d'expressivit. Les impressionnistes et bien d'autres aprs eux en feront une source d'inspiration, et voueront Corot une immense admiration. Ils chercheront, d'ailleurs, sans succs, obtenir sa participation leur 1re exposition en 1874.

voir  Jean-Baptiste Camille COROT
 

 

 UNE PEINTURE REALISTE CONTEMPORAINE

Une nouvelle peinture, qui prendra le nom d'impressionnisme en 1874, va voir le jour en France, entre 1860 et 1890. Cette volution ne constitue pas un mouvement isol, l'art pictural indpendant voluant partout dans l'Europe de cette 2ime moiti du XIXme sicle vers une peinture plus rapide et plus contemporaine, correspondant un monde o le progrs s'acclre, et o les modes de vie voluent rapidement.

Des peintres qui s'appelleront, selon le contexte et les annes, "Indpendants", Intransigeants" ou "Groupe des Batignolles", puis "Impressionistes", vont mener un combat, commenc par Manet en 1860, contre la poussire d'un art d'atelier vieilli, aux conventions trop solidement tablies, pour faire admettre et reconnatre une nouvelle peinture raliste contemporaine rejetant dfinitivement la recherche chre aux classiques d'un beau idal et d'une essence ternelle des choses.

Cette nouvelle peinture sera l'aboutissement d'une srie de rflexions et d'intentions qui l'ont prcde, celle des peintres de l'Ecole de Barbizon, et celle des peintres pr-impressionnistes des Rencontres de Saint-Simon Honfleur ( Boudin, Jongkind, Dubourg... ) que le jeune Monet frquentait.

Le nouveau ralisme des impressionnistes postule d'abord la prpondrance de la vision par rapport tout schma conventionnel appris, et la relativit de l'oeuvre qui en rsulte : relativit des conditions sous lesquelles un mme motif peut tre observ (lumire, ciels, couleurs...), et relativit de la vision du peintre (les peintres ont une vision diffrente, en avance sur celle de leurs contemporains).


 

La plage Sainte-Adresse
Claude MONET, 1867
Art Institute of Chicago      La formule de Manet : "Je peins ce que je vois, et non ce qu'il plat aux autres de voir", rsume elle seule cette revendication de l'artiste donner sa vision personnelle, celle de sa propre subjectivit.

Le souci de parvenir une reprsentation traduisant la vision relle du peintre dans toutes ses nuances, et non plus une quelconque construction selon des rgles apprises, va les conduire mener de multiples recherches picturales et dlaisser nombre de rgles qui passaient alors pour immuables en peinture : un dessin et des contours prcis, l'utilisation de couleurs plates et aux variations attnues, le clair-obscur...
 

Ce faisant, les futurs impressionnistes vont introduire nombre de procds picturaux nouveaux : l'utilisation de tons clairs, la division des tons (un orange est reprsent par la juxtaposition de deux couleurs pures le rouge et le jaune), l'obtention de la forme et du volume par les touches et les couleurs au lieu du dessin-contour, l'utilisation de l'paisseur...

Le courant impressioniste est donc bien l'origine d'une grande rvolution artistique, aujourd'hui encore l'objet d'tudes et d'analyses, qui va tre mise au service d'une nouvelle conception du rle et de la place de la peinture.

 


 
 Dlaissant les sujets historiques ou mythologiques, les impressionnistes vont renouveler profondment les thmes de la peinture, pour rendre compte du monde contemporain.

Ils recherchent leurs thmes aussi bien dans le monde immuable de la nature que dans le monde quotidien dans lequel ils voluent, chacun dveloppant sa propre thmatique. Pour eux, un sujet en vaut un autre, ce qui compte, c'est davantage la vision et la recherche picturale de celui qui le peint.

La dmarche impressionniste visant reprsenter une ralit environnante qui n'est pertinente qu' un moment et sous des conditions donnes, l' excution d'un tableau est rapide, proche de l'esquisse. Il s'agit d'une peinture d'un instant, d'une impression fugitive.

Enfin, l'acte de peindre est revendiqu comme un plaisir personnel, au mme titre qu'une valeur spirituelle autonome. Dans cette conception de l'art pour l'art, l'artiste est libre de sa cration personnelle.
  
 

La repasseuse
Edgar DEGAS, 1869
Neue Pinakothek
Munich, Allemagne 

Si aujourd'hui les impressionnistes sont au firmament de la peinture, il est important de rappeler quel point leur peinture fut incomprise, rejete et honnie leur poque. Citons leur contemporain Thodore Duret (Critique d'art 1838-1927) dans son "Histoire des peintres impressionnistes" : "Il faut dire, la louange de ces hommes, que le mpris, les opprobres, la pauvret ne les ont aucun moment amens dvier de leur voie. Ils se sont tenus leur manire tant honnie, sans chercher un seul instant la modifier en quoi que ce soit, pour se faire accepter du public. Ils ont attendu, pendant de longues annes, tout le temps ncessaire, que le public vnt eux et qu'un changement d'opinion se produist, soutenus par la conviction qu'ils avaient de la justesse de leurs principes et de la valeur de leur art."

En vingt-cinq ans, de 1860 1886, dans le sicle o la photographie tait invente, la peinture impressionniste allait quitter la reprsentation strictement figurative, pour inventer un nouveau mode de reprsentation artistique qui allait marquer le commencement de la peinture moderne non figurative. On sait aujourd'hui jusqu'o cela allait conduire.

On peut considrer qu'en 1886, anne de leur dernire exposition commune Paris et de la premire exposition de leurs oeuvres aux Etats-Unis, ralise avec succs par le marchand d'art Durand-Ruel, les impressionnistes ont atteint leur but et sont enfin reconnus. L'impressionnisme trouvera rapidement un large cho en Europe et en Amrique du Nord.

 

 MANET REVISITE LES CLASSIQUES

  Manet a ouvert la voie l'Impressionnisme en se rebellant, avec les moyens mmes de la reprsentation picturale classique qu'il avait si minutieusement apprise et tudie, contre les conventions acadmiques devenues si rigides qu'elles interdisaient de peindre les sujets contemporains.

 
Ainsi, aprs d'autres oeuvres comme "Le buveur d'absinthe" - 1858, son "Djeuner sur l'herbe" (1863) ou son "Olympia" (1863) sont des sujets d'criture classique mais ractualiss avec gnie dans le monde contemporain, transpositions si ralistes - en particulier les nus - qu'elles firent crier au scandale les critiques d'art de l'poque.

Mais, mme si avec "La musique aux Tuileries" - 1862, Manet prfigure dj la peinture impressionniste - dont il subira en retour l'influence plus tard -, il n'appartint jamais vritablement au mouvement impressionniste, et apparat en revanche comme celui qui va permettre son closion.
   
  Le djeuner sur l'herbe
Edouard MANET, 1863
Muse d'Orsay, Paris 

En effet, cause des scandales qu'il provoqua, et par son immense talent de peintre, Manet obtint rapidement la notorit, et allait devenir partir de 1864, le chef de file d'une querelle opposant les anciens et les modernes. Pour les futurs impressionnistes, il va devenir, aprs Corot et Courbet, un exemple d'une nouvelle manire de peindre, et un nouveau guide, autour duquel ils vont naturellement se rassembler et, travers lequel ils vont aussi, pour certains, faire connaissance.

A partir de 1865, Emile Zola, camarade de classe de Czanne Aix, allait prendre fait et cause pour Manet et la nouvelle peinture dans l'Evnement, et devenir l'historien du mouvement naissant. La peinture entamait une rvolution tout azimuts concernant non seulement les thmes mmes de la peinture, mais bientt aussi les moyens picturaux de celle-ci.

 

 
  
La Grenouillre
Auguste RENOIR, 1869
Nationalmuseum, Stockholm
  

 

 LE SALON DE PARIS

Si quelques marchands d'art, comme le Pre Martin, Durand-Ruel et plus tard Petit commencent bien jouer un rle dans le march de l'art, leurs boutiques ou les expositions qu'ils organisent offrent aux artistes des possibilits de se faire connatre bien modestes par rapport la grande vitrine nationale que constitue "Le Salon Officel" de Paris. C'est l que se dcident le succs et la cote des oeuvres d'art.

A partir de 1863 , le Salon devient annuel et un jury compos de membres de l'Acadmie des Beaux-Arts et de prcdents mdaills du Salon slectionnent les oeuvres exposes. Pour la seule anne 1863, 4000 oeuvres furent refuses sur les 5000 demandes faites par quelque 3000 artistes, ce qui conduisit la cration du " Salon des Refuss", inaugur par Napolon III en 1863.

Curieusement, la plupart des futurs impressionnistes obtinrent rapidement une premire exposition au Salon, mais se virent par la suite frquemment refuss. Si Pissarro, et Degas (sans discontinuer de 1865 1870), furent les mieux accepts au Salon, Czanne, lui, n'obtint, malgr ses protestations, qu'une seule et unique participation au Salon, et ce en 1882 !

Le mouvement impressionniste, s'il fut bien un regroupement de peintres partageant des vues et des recherches artistiques communes, sera, sur un plan plus concret, le mouvement de peintres refuss au Salon et dsireux de pouvoir exposer leurs oeuvres.

 

 UNE NOUVELLE GENERATION DE PEINTRES

Pissarro est le doyen des impressionnistes. A l'Acadmie Charles Suisse (un atelier o Mr Suisse mettait des modles la disposition de jeunes peintres) il rencontre Monet en 1859, puis Guillaumin et Czanne en 1861. En 1862, Monet se lie aux Beaux-Arts avec Renoir, Bazille et Sisley. Par l'intermdiaire de Manet, qu'il frquente ds 1862, Degas fera la connaissance de Monet et Renoir en 1866 au fameux Caf Guerbois, lieu de rencontre des peintres du "Groupe des Batignolles" (comme on dsignait les futurs impressionnistes cette poque).


Ces artistes ont tous alors entre 20 et 30 ans, et vont tisser entre eux des liens multiples. Les plus marqus seront ceux de Monet avec ses amis, Renoir, Bazille, Sisley, quatuor qui apparat comme le noyau central du groupe.

 
      Tout juste sortis des Beaux-Arts, ils vont, pendant les annes entre le Salon des Refuss (1863) et la Guerre de 1870, connatre une alternance rapide de succs et d'checs au Salon, alors mme qu'ils poursuivent une recherche inquite de leur personnalit artistique.

Au centre de leurs proccupations :

reprendre et dvelopper le Ralisme de Courbet et des peintres de Barbizon en peignant "sur le motif" la recherche des effets de lumire et de couleurs

peindre et faire entrer dans l'art des thmes nouveaux ayant trait aux aspects nouveaux de la vie moderne

laborer un nouveau mode de vision et de reprsentation picturale permettant de mieux rendre compte du mouvement et du changement permanents de leur poque.
 

    
La grenouillre
Claude MONET, 1869
Metropolitan Museum of Art
New York

 
 

Ds 1869, Monet et Renoir peignant cte cte une srie de tableaux dans un lieu de loisirs de l'Ile de Croissy pris de la bourgeoisie parisienne, appel "La Grenouillre", traduisent l'agitation du lieu par des petites touches rapides, des personnages l'tat d'esquisse, des reflets mobiles sur l'eau... cherchant davantage traduire l' "impression" qui se dgage de ce lieu que ses dtails. Ce mot ne donnera son nom au nouveau mouvement que cinq ans plus tard.

 

 1874 - LA PREMIERE EXPOSITION IMPRESSIONNISTE


  Aprs la guerre de 1870, et la Commune qui suivit en 1871, les impressionnistes allaient continuer travailler avec une grande ferveur dans la direction qu'ils avaient prise. Ils taient dsormais srs de leur faon de voir, et, librs du joug de la politique culturellle du Second Empire, ils s'attendaient une reconnaissance accrue et une augmentation de leurs ventes.

Ils allaient tre terriblement dus, et connurent encore davantage d'checs au Salon qu'avant la guerre.

  
La jeune IIIme Rpublique est alors instable, et le profond choc subi par la socit avec la Commune en 1871 va instaurer un climat intellectuel de dfiance envers toute innovation ou rvolution mme artistique.

Peu peu l'ide qu'ils pouvaient aussi bien se passer du Salon s'installa dans leurs esprits, soutenus en cel par le marchand d'art Durand-Ruel. Le 27 dcembre 1873, ils dposrent les statuts d'une "Socit anonyme des artistes-peintres, sculpteurs" .

La premire exposition des impressionnistes eut lieu en avril 1874, boulevard des Capucines, dans un appartement prt par le photographe Nadar, avec 31 participants, le tableau intitul "Impression, soleil levant" (1872-73) de Monet devant donner son nom au mouvement .
 


WDW__p/HC.htmWFW


 

Total des visiteurs  :    1925416   dont aujourd'hui :   43    En ligne actuellement :  1      Total des clics   18651