Bonjour. visiteurs jour : 174       Au président     Beauté santé     Infos loisirs     Ensemble      Jean      Informatique     Einstein     Santé corona

Bienvenue sur


Cliquez ici smile coucou et merci Merci

le site de Germaine

 

  Accueil - Animaux - Architecture - Archives - Articles - Avions - Cuisine - Ecrivains - Histoire - Jardin - Jeux - LYON - Maison - Mythologie - Ouvrages - Peintres - Personnalités - Poesies - Recettes - Religion - Sante - Savoir vivre - Sciences - Univers - Plan du site -



   


(1)

 

 JEAN D'ORMESSON

Homme de lettres et académicien français          Jean d'OrmessonNé à Paris le 16 juin 1925

 


 


«Les honneurs, je les méprise, mais je ne déteste pas forcément ce que je méprise.»

 


 

LA BIOGRAPHIE DE JEAN D'ORMESSON

 

D'un père ambassadeur du Front populaire et ami de Léon Blum, Jean d'Ormesson se voit dispenser une éducation privilégiée, dans le respect des valeurs traditionnelles. Évoluant dans un cadre libéral, il entame un parcours sans entrave. Élève brillant, il accumule très vite les diplômes : agrégé et diplômé d'études supérieures de philosophie, normalien... Cet érudit ne s'arrêtera pas là. Jean Lefèvre, comte d'Ormesson, embrasse une carrière de haut fonctionnaire devenant président du conseil international de la philosophie et des sciences humaines à l'Unesco. Il s'essaie également à l'écriture : 'L'amour est un plaisir', 'Du côté de chez Jean'. Ses oeuvres dénotent insouciance et joie de vivre. Mais c'est en 1971 que débute réellement sa carrière littéraire, avec la parution de 'La gloire de l'Empire', Grand Prix du roman de l'Académie française. Académicien, il ne néglige pas pour autant son statut de directeur au journal 'Le Figaro'. Aspirant à un monde "traditionnellement moderne", il insuffle à ses écrits un peu de lui et ce n'est pas pour déplaire ! Hissé par l'Académie au rang "d'immortel" le 18 octobre 1973, il occupe le fauteuil de Jules Romains.

 

 

 Jean d'Ormesson passa son enfance au château de Saint-Fargeau. Il en fit le récit dans Au plaisir de Dieu.


 


 

(2) 

Ormesson-sur-
Marne


Notice historique


Château d'Ormesson
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ormesson s'appelait jadis Amboile. Le plus ancien document signalant ce nom remonte à 1140.

Pendant près de huit siècles, c'est un petit village de cultivateurs. La proximité de Paris leur permet de vendre facilement les produits de leurs terres, et aussi de s'abriter dans la capitale pendant les guerres.

Au début du 17ème siècle, le château d'Amboile appartient à Nicolas Le Prévost, dont la fille Anne épouse en 1604, André le Fèvre d'Ormesson, seigneur d'une terre située au nord de Paris, près de Montmorency. En 1632, après la mort de son beau-père, André le Févre d'Ormesson devient seigneur d'Amboile. En 1758, Louis XV donne au village d'Amboile le nom d'Ormesson, qu'il a toujours gardé, même pendant la Révolution.

En 1900, Ormesson a 190 habitants. Les trois quarts des terres appartiennent alors au marquis Emmanuel d'Ormesson, qui n'habite pas son château, pillé pendant la guerre de 1870. En 1920, le marquis d'Ormesson vend le château et le parc à son neveu, le comte Wladimir d'Ormesson, futur académicien et ambassadeur de France (au Vatican et en Argentine).

En 1923, après le décès de son oncle, Wladimir d'Ormesson achète à ses cousins une partie des terres. La plus grande partie en est vendue à des lotisseurs, et la population du village passe de 331 âmes en 1921 à 1 685 en 1926, 3 800 en 1939, et en 1986 à plus de 9 000 habitants, tous logés dans des pavillons, car, aucun permis n'est accordé pour bâtir des immeubles.

 

Philippe VARAIGNE, Curé d'Ormesson.

 

 


(3)

 

  Mars 2007

 

Jean d'Ormesson : "Il faut être heureux"

Jean d'Ormesson a 80 ans et il est toujours fringant, séducteur et enjoué. Il a répondu aux questions de ses lecteurs en Chat, à l'occasion de la sortie de son dernier livre "Une fête en larmes".
L'académicien s'est pris au jeu et répond du tac au tac !

Envoyer à un ami | Imprimer cet article
Interview de Jean d'Ormesson en vidéo
Voir

Pourquoi avoir intitulé votre livre Une fête en larmes ?
Jean d'Ormesson : Une fête en larmes c'est ce qu'on appelle un oxymore qui oppose deux termes opposés, je crois que la vie autour de nous est sinistre, nous sommes tous victimes du cancer, du chômage, de la maladie, et pourtant il faut être heureux.

Est-ce que les critiques négatives sur vos livres vous touchent encore ?
Vous avez raison elles ne devraient plus me toucher. Les premières critiques négatives m'ont beaucoup touché, maintenant je suis un peu blindé. Il m'arrive même de me demander si ce n`est pas moi qui ai raison.

Pourquoi soulignez-vous en couverture de votre livre le fait que vous soyez de l'Académie française ?
Est-ce un plus dans les ventes d'un livre ?

La tradition est que l'on mette après le nom de l'auteur s'il est de l'Académie française, vous me rendrez cette justice que je parle peu de l'Académie dans le livre.

Quel est votre livre de chevet ? L'auteur qui force votre admiration?
Les Mémoires d'outre-tombe de Chateaubriand.

"J'ai aimé Venise à la folie."

Êtes-vous un homme à femmes ?
Beaucoup de femmes m'ont souvent quitté.

Quelle oeuvre de Julien Gracq préférez-vous ?

J`ai peut-être un faible pour Le beau ténébreux.

Pourquoi avoir préféré Marguerite Yourcenar à Marguerite Duras ?
Parce que Marguerite Yourcenar a accepté d'entrer à l'Académie, je crois que Marguerite Duras n'aurait pas accepté, j'ai souvent pensé aussi à Nathalie Sarraute.

Si vous ne deviez garder qu`un seul de vos livres, ce serait lequel ?
Difficile de choisir, La Gloire de L'Empire, Au plaisir de Dieu, La douane de mer, et naturellement le dernier.

Si vous rencontriez le jeune Jean, que lui conseillerez-vous avec le recul ?

De s'amuser encore un peu plus et de travailler un peu plus.

Votre plus grand regret ?
De n'avoir pas écrit l`Iliade et l`Odyssée.

Quel est le premier souvenir de votre vie ?
Je crois que c'est une petite fille allemande en rouge quand j'avais 5 ans.

A quels moments de la journée préférez-vous écrire?
J'ai longtemps écrit le soir après le bureau, maintenant j'écris le matin.

Que pensez-vous de ce moyen d'échange avec des anonymes, le "chat"?
Excellent, mais c'est nouveau pour moi, tous mes vœux !

"maintenant je suis un peu blindé"
De quel écrivain diriez-vous qu'il est difficile à lire ?
Kant, Hegel, Mallarmé, Heidegger.

A l'heure où l'on croule sous la production littéraire, pour vous qu'est-ce qu'un bon livre ?

667 livres nouveaux au mois de septembre ! Un bon livre est celui qu'on ne peut pas quitter. On voudrait qu'il dure toujours.

Qu'aimeriez-vous laisser en héritage à vos descendants ?
J'aimerais bien qu'ils n'aient pas à rougir de moi.

Aimez-vous Venise ?
J'ai aimé Venise à la folie. Je connais Venise beaucoup mieux que Paris. J'y vais moins depuis un an. Peut-être parce que j'ai beaucoup travaillé.

Qu'aimez vous à Saint-Florent ?
La mer, le ciel, les gens.

Quel est le premier livre que vous avez lu ?
J'ai lu d`abord des BD, les Pieds nickelés, Bibi Fricotin, Bicot. Le premier livre que j'ai lu et aimé est Arsène Lupin.

Je vous aime tant, je sais tout de vous et ne sais plus quoi poser comme question, au fait : n`avez-vous pas l`impression qu`on vous pose toujours les mêmes ?
Merci ! Je vous aime beaucoup de loin. Vous avez raison : j'ai souvent l'impression de me répéter, mais c'est la seule façon de ne pas me contredire.

Enregistrerez-vous Une fête en larmes sur CD ?
On me l'a demandé.

Quel est votre secret de séducteur ?
"il faut quatre crayons pour arriver au bout d'un livre"

Je ne crois pas que je sois un séducteur. Si je l'étais, mon seul secret serait d'être aussi naturel que possible.

Que pensez-vous de la mode des écrivains déclinistes (ceux qui professent le déclin de la France) ?
Vous avez raison, je suis de ceux qui pensent qu'il faut lutter contre cette idée de déclin. Il est vrai que la langue française est en déclin dans le monde. Elle a régné pendant trois siècles, des traités de Westphalie à la défaite française de 1940.

Avez-vous une position politique ? A droite ou à gauche ?
Je suis sûrement classé à droite. Mais je pense que la littérature est au delà des clivages politiques. Une de mes plus grandes admirations est Aragon.

Pourquoi avoir débuté votre livre avec une citation d'Homère dans L'Iliade ?
Parce que j'admire beaucoup Homère, et que la citation me semblait convenir à ce que je voulais dire.

Ecrire à la plume, à la machine, au clavier ?
J'écris mes livres au crayon. Il faut 4 crayons pour arriver au bout d`un livre.

Vous êtes toujours si fringant ! Peut-on connaître votre âge ?
Je crains beaucoup d`avoir 80 ans. Si on m'avait dit cela quand j'en avais 20 !

Qui vous manque le plus dans votre vie ?

Dieu.

Êtes-vous satisfait de votre dernier livre ?
Assez pour en parler. Pas assez pour éviter d'en écrire un autre.

Que pensez-vous de la publicité faite autour de Houellebecq ?
J'aurais tellement aimé qu'on en fasse autant autour de moi !

Ce n'est pas trop fatiguant, pour vous de faire de la promotion ?
Épuisant. Voyez mes réponses !

Croyez-vous en Dieu ?
C'est la question la plus difficile que vous me posez. S'il faut absolument répondre par oui ou par non, c'est oui.
"D`abord Mozart, et Bach, et Haendel, et Schubert."


Qu'est-ce que vous préférez chez vous ?
Je m'entends bien avec les autres.

Est-ce que vous êtes poseur ?
Demandez ça autour de vous.

Quelle est la question que vous n'aimeriez pas qu'on vous pose ? Et celle que vous aimeriez qu`on vous pose ?

1. Qu'est-ce que vous voudriez changer en vous. 2. Aimez-vous la littérature par-dessus tout ?

Et vos goûts musicaux ?
D'abord Mozart, et Bach, et Haendel, et Schubert.

Ecrivez-vous dans le silence complet, en écoutant de la musique... n'importe où ?
Je peux écrire n'importe où, mais il me faut un calme et un silence absolu.

Qu'est ce qui vous révolte ?
L'injustice, la misère, l'hypocrisie.

Si vous aviez été une femme, quel destin auriez-vous aimé avoir ?
J'aurais aimé être une sainte, il n'est pas exclu que j'aurais été une courtisane.

Qu'est-ce que la notoriété a changé pour vous ?

Franchement très peu de choses. On me reconnaît dans la rue.

Que pensez-vous de la télévision ? Vous la regardez ?
Je pense qu'elle pourrait être formidable et qu'elle est souvent médiocre. Comme je ne suis pas formidable et que je suis souvent médiocre, je la regarde pas mal.

Quel est le dernier film que vous avez vu au cinéma ?
Un film de Hitchcock que je ne connaissais pas : Soupçons.

Quel rôle auriez-vous voulu incarner au cinéma ?
N'importe lequel, j'aurais adoré être acteur. Je le suis presque puisque je suis romancier.

"j`aurais adoré être acteur"
Que pensez-vous d'Amélie Nothomb ?
Qu'elle a écrit de beaux livres et que le dernier n`est pas le meilleur.

Si vous pouviez devenir un personnage historique vous choisiriez lequel ?
J'aurais beaucoup aimé être Alcibiade... ou de Gaulle.

Relisez-vous vos livres, une fois qu'ils sont publiés ?
Jamais. Un livre publié est pour moi un livre mort.

Quelles sont les meilleures émissions littéraires ?
La meilleure émission littéraire de tous les temps a été celle de Pivot.

En ce moment n'avez vous pas la tête qui tourne avec toutes ces questions ?
Je les trouve très bonnes et je m'amuse beaucoup.

Alors vous aimez que l'on vous apostrophe ?
Oui, vous pouvez m'appeler Votre Transcendance, ou alors mon petit lapin bleu.

Avez-vous déjà commencé l'écriture de votre prochain livre ? De quoi traitera-t-il ?
Oui, il traitera de Dieu.

Environ combien de livres lisez-vous chaque mois ?
Il m'arrive de lire un livre par jour, quand j'écris je ne lis plus.

Aujourd'hui, qu'attendez-vous de la vie ? Dites-moi votre secret pour rester aussi jeune et gai ?

Qu'elle continue. J'ai peu de regrets et hélas peu de remords.

"Chateaubriand comme Proust me font d`abord beaucoup rire."
Lire vous empêche donc d'écrire ?
Oui bien sûr, et écrire m`empêche de lire.

Allez-vous à la messe ?
Très peu. Trop peu.

Aimez-vous la solitude ?
De plus en plus.

Soutenez-vous toujours l'association "Lire dans le noir" ?
Absolument.

Que vous apporte les lectures de Chateaubriand ?
Chateaubriand comme Proust me font d'abord beaucoup rire.

Pour vous, quel est l'événement politique le plus marquant auquel vous ayez assisté ?

La chute de la France en mai 40, sa libération en 44-45.

Vous dites que Chateaubriand et Proust vous font rire, s'il vous plait dites nous en plus !...

Proust et Chateaubriand ont des phrases très longues, tout le monde le sait. Ils peuvent aussi écrire : Chateaubriand : " Il faut être économe de son mépris étant donné le grand nombre des nécessiteux ", Proust : "L`amour c'est l`espace et le temps rendus sensibles au cœur". Ce n'est pas à se tordre mais c'est mieux que ça.

Qu'est-ce qui vous fait rire le plus ?
D'abord la bêtise des autres, mais surtout le mienne propre.

Votre secret pour durer, c`est l'humour ?
L'humour rend supportable une vie le plus souvent assez triste.

Le qualificatif de "désespéré flamboyant" vous conviendrait-il à merveille ?
Bravo ! nouveau pour moi, je l'adopte. Merci.

Pensez-vous que les hommes célèbres sont seuls ou que les hommes seuls sont célèbres ?
Il ne suffit pas d'être seul pour être célèbre. Mais peut-être les hommes célèbres sont ils en effet assez seuls dans la foule. J'aimerais bien être illustre et inconnu.

Quels sont les trois adjectifs qui vous qualifient le mieux ?
Pas fameux, pas méchant, imprévisible.

Quelle est la plus belle phrase que vous ayez écrite ?
"Ma mère est vivante puisque je pense à elle".

Jean dOrmesson : Merci à vous tous et à vous toutes, soyez indulgents : ce sont mes débuts dans le chat. Je vous embrasse.

Septembre 2005 :

                                           "Une fête en larmes"  (dernier livre de Jean d'Ormesson, à lire)

 

 A la question d'une journaliste qui l'interview, Jean d'Ormesson répond :

 

       "Je vous dirais que l'être est. Et il n'y aura rien à ajouter. Si j'étais très bavard,  j'ajouterais que nous mourrons tous.

       Et je pourrais vous dire aussi, mais ce serait déjà trop long, que la vie est un rêve sombre et tragique - et

       "qu'elle est très belle et très gaie".

 

- Une fête en larmes demande la journaliste ?

 

     _ Une fête en larmes  répondis Jean d'Ormesson

 

- Rien d'autre ? demanda-t-elle à la façon du Sultan

 

     - Non rien d'autre répondit-il à la façon de Baba,

        " Ô sublime harmonie, ô lumière de ma journée

                       Tout l'essentiel est là"

 

 


WDW__p/HC.htmWFW


vues  172     En ligne actuellement :   1   Total des clics  410435